Navigation – Plan du site
15
Akasoy, Anna et Yoeli-Tlamim, Charles Burnett and Ronit

Anna Akasoy, Charles Burnett and Ronit Yoeli-Tlamim (eds.). Rashīd al-Dīn: Agent and Mediator of Cultural Exchanges in Ilkhanid Iran

Compte-rendu réalisé par Frantz Chaigne
Référence(s) :

Anna Akasoy, Charles Burnett and Ronit Yoeli-Tlamim (eds.). Rashīd al-Dīn: Agent and Mediator of Cultural Exchanges in Ilkhanid Iran. Londres - Turin, The Warburg Institute – Nino Aragno Editore, 2013, 260 p. (Warburg Institute Colloquia 24)

Texte intégral

1Le présent volume fait suite à un colloque tenu en 2007 et consacré au rôle de passeur transculturel et à la personnalité protéiforme du vizir ilkhanide Rašīd al-Dīn dans des domaines aussi variés que la médecine, la religion, la science et les arts. Le personnage nous est ici davantage présenté en tant que savant que comme administrateur ou politique.

2Les éditeurs ont réuni 12 contributions, suivies d’un index détaillé (p. 251-60) et pourvues d’une iconographie en noir en blanc relativement limitée. Le premier article, signé de Birgitt Hoffmann (« Speaking about One self: Autobiographical Statements in the Works of Rashīd al-Dīn », p. 1-14) porte sur les données autobiographiques transmises par le vizir dans les ouvrages de natures diverses dont il est l’auteur. Mika Natif (« Rashīd al-Dīn’s alter ego: the Seven Paintings of Moses in Jāmi’ al-Tawārīkh », p. 15-37) prend quant à elle prétexte de la riche iconographie de Moïse du Jāmi’ al-Tawārīḫ pour établir une lecture typologique entre les diverses fonctions du personnage de l’Ancien testament et le vizir juif converti.

3Les contributions suivantes s’attardent sur Rašīd al-Dīn historien. Kazuhiko Shiraiwa (« Rashīd al Dīn’s Primary Sources in Compiling the Jāmi’ al-Tawārīkh; a Tentative Survey », p. 39-56) présente d’abord la diversité des sources employées pour composer le Jāmi’ al-Tawārīḫ (archives, historiographie et sources orales). Judith Pfeiffer détaille ensuite les visions novatrices de l’écriture de l’Histoire qui transparaissent à la lecture des écrits du vizir (« The Canonization of Cultural Memory: Ghāzān Khan, Rashīd al-Dīn, and the Construction of the Mongol Past », p. 57-70). Reuven Amitai se penche sur le regard particulier porté par Rašīd al-Dīn sur les Mamelouks (« Rashīd al-Dīn as Historian of the Mamluks », p. 71-88), tandis que Hodong Kim focalise son regard sur l’utilisation par le vizir iranien de sources mongoles en vue de la légitimation des Toluides (« Reappraisal of the ‘Registers of Chiliarchies’ in Jāmi’ al-Tawārīkh », p. 89-114).

4Viennent ensuite deux articles sur Rašīd al-Dīn médecin : l’un, essentiellement biographique, écrit par Leigh Chipman (« A Tale of Two Doctors: Rashīd al Dīn and Quṭb al-Dīn al-Shīrāzī », p. 115-26), l’autre, portant sur son traité médical, que signent Vivienne Lo et Yidan Wang (« A Comparative Study of Rashīd al Dīn’s Tānksūqnāma and its Chinese Sources », p. 127-172).

5Viennent ensuite deux contributions consacrées au bouddhisme tel qu’il apparait dans l’œuvre de Rašīd al-Dīn. Anna Akasoy montre l’originalité, l’exactitude et la bienveillance de l’approche de Rašīd al-Dīn sur le personnage de Bouddha (« The Buddha and the Straight Path. Rashīd al-Dīn’s Life of the Buddha: Islamic Perspectives », p. 173-196), tandis que Ronit Yoeli-Tlamim insiste sur la diversité des sources utilisées par Rašīd al-Dīn pour collecter, traduire et appréhender des textes très divers sur le bouddhisme (« Rashīd al-Dīn’s Life of the Buddha: Islamic Perspectives », p. 197-211).

6Le pénultième article, signé par Ron Sela, met l’accent sur les différences d’approche historiographiques entre mondes islamique et européen (« Rashīd al-Dīn’s Historiographical Legacy in the Muslim World », p. 213-222). Enfin, Christopher Atwood propose une dernière contribution (« Mongols, Arabs, Kurds and Franks: Rashīd al-Dīn’s Comparative Anthropology of Tribal Society », p. 223-250). Il y remet en cause la vision habituelle d’une histoire écrite par Rašīd al-Dīn liée à ses sources de manière quasi ethnologique pour s’attacher à montrer les puissants enjeux politiques implicites qui président à cette écriture. Par l’actualité et la multiplicité des recherches qu’il contient, ce volume illustre ainsi la richesse de la personnalité de Rašīd al-Dīn et la fécondité de ses travaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frantz Chaigne. Akasoy, Anna et Yoeli-Tlamim, Charles Burnett and Ronit, « Anna Akasoy, Charles Burnett and Ronit Yoeli-Tlamim (eds.). Rashīd al-Dīn: Agent and Mediator of Cultural Exchanges in Ilkhanid Iran », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 34-35-36 | 2016, document 15, mis en ligne le 30 juillet 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/42180

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page