Navigation – Plan du site
13
Francfort, Henri-Paul

Henri-Paul Francfort. L’art oublié des lapidaires de la Bactriane aux époques achéménide et hellénistique

Compte-rendu réalisé par Johanna Lhuillier
Référence(s) :

Henri-Paul Francfort. L’art oublié des lapidaires de la Bactriane aux époques achéménide et hellénistique. Paris, De Boccard, 2013, 207 p., ill., index. (Persika 17)

Texte intégral

1Cet ouvrage constitue la première synthèse du genre sur l’art lapidaire de Bactriane et plus généralement d’Asie centrale lors du Ier mill. av. J.-C. Par une méthode qui consiste à éliminer les productions, beaucoup plus abondantes, que l’on peut rattacher à d’autres origines pour ne garder que celles qui semblent être locales, l’A. identifie des objets en pierre, rares et disparates, qu’il considère comme la seule manifestation des arts vernaculaires en Asie centrale. Il montre que ces productions se rattachent à une véritable école artistique qui marque le renouveau, après une longue période aniconique, d’un art local lors des périodes dites Yaz II-III, se développant ensuite durant la période hellénistique.

2Après une introduction qui situe le contexte chronologique et archéologique, le premier chapitre offre un catalogue de tous les objets recensés, incluant la vaisselle de pierre, notamment des pyxides et leurs couvercles, des cachets et intailles, et une catégorie « autres ustensiles » qui regroupe divers objets attestés par quelques occurrences seulement. Chaque objet est illustré en regard du texte correspondant. Ces productions datent principalement de la période hellénistique, et proviennent pour une large part de Bactriane, mais la Sogdiane et la Chorasmie ne sont pas oubliées. Au terme de ce travail, l’A. identifie un style et une iconographie proprement locaux.

3Dans le chapitre suivant, ces productions sont replacées dans leur contexte artistique et culturel aux époques achéménide et hellénistique. Notamment, les objets pouvant être identifiés comme « achéménides » sont recensés.

4Dans le dernier chapitre, l’A. s’interroge sur l’origine de cette école de lapidaires, et s’intéresse donc aux productions antérieures, du début du Ier mill. au début de la période achéménide : glyptique pré-achéménide de Sogdiane, pétroglyphes du Haut-Indus, cylindres de Bactriane, empreintes de sceaux d’Ulug-depe en Parthie. Il examine également les rapports avec l’Iran et l’art des steppes à la période pré-achéménide.

5Au terme de cet examen visant à l’exhaustivité, l’A. conclut que l’école centrasiatique trouve probablement ses sources localement dès la période pré-achéménide, plus précisément entre le IXe et le VIIe s. av. J.-C., même si un lien avec le Plateau iranien a pu être mis en évidence. Elle s’est ensuite développée lors de la période achéménide, intégrant alors certains éléments iconographiques perses, même si la plupart des découvertes qui illustrent cette production centrasiatique proviennent de contextes hellénistiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Johanna Lhuillier. Francfort, Henri-Paul, « Henri-Paul Francfort. L’art oublié des lapidaires de la Bactriane aux époques achéménide et hellénistique », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 34-35-36 | 2016, document 13, mis en ligne le 30 juillet 2017, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/42088

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page