Navigation – Plan du site
10
Balabanlilar, Lisa

Lisa Balabanlilar. Imperial Identity in the Mughal Empire. Memory and Dynastic Politics in Early Modern South and Central Asia

Compte-rendu réalisé par Denise Aigle
Référence(s) :

Lisa Balabanlilar. Imperial Identity in the Mughal Empire. Memory and Dynastic Politics in Early Modern South and Central Asia. London, Tauris, 2012, xix + 216 p., illustrations, maps. ISBN : 978-1848857261

Texte intégral

1Cette étude, fondée sur un grand nombre de sources en persan, turc chaghatai et arabe (p. 192-198), montre comment les héritages turko-mongols ont fini par devenir des marqueurs d’identité. L’ouvrage est composé d’un prologue, suivi de quatre chapitres et d’une conclusion. Dans le prologue (« Timurid Political Charisma and the Ideology of Rule », p. 7-17), l’A. décrit les cadres idéologiques timourides, ancrés dans l’héritage de Gengis Khan. Tamerlan apporta à l’idéologie de la conquête gengiskhanide des éléments complémentaires : importance du leadership charismatique, notamment avec le titre de « Lord of the auspicious conjonction » (ṣāḥib-qirān), l’islam comme outil de légitimation, développement de la culture littéraire persane et aménagement de jardins d’agrément (p. 12-13). Ces éléments seront repris plus tard par les empereurs moghols. Dans les deux premiers chapitres (« Babur and the Timurid Exile », p. 18-36, et « Dynastic Memory and the Genealogical Cult », p. 37-70), l’A. s’intéresse à l’identité moghole dans le cadre du concept de « memoria » en analysant tout particulièrement le Bābur-nāma. Elle étudie les conditions particulières de l’arrivée de Bābur en Inde, montrant que cet événement, vécu comme un « exil », eut un impact sur la manière dont les Moghols se sont constitués en une dynastie conquérante (p. 27-28). L’expérience de la migration a façonné la manière dont les lignages moghols furent manipulés pour être adaptés à des besoins historiques différents. Les ouvrages généalogiques (silsila-nāma), produits dans les scriptoria moghols, témoignent de la volonté des souverains de se donner une légitimité ancrée dans la lignée impériale mongole à travers Tamerlan. Les chapitres 3 (« The Peripatetic Court and the Timurid-Mughul Landscape », p. 71-99) et 4 (« Legitimacy, Restless Princes and the Imperial Succession », p. 100-139) traitent de thèmes familiers aux spécialistes de l’Iran, de l’Asie centrale et de l’Inde, tels l’architecture, les jardins et la chasse royale, que l’A. examine dans le cadre de la formation de l’identité moghole. Comme les Timourides, les Moghols ont manifesté leur pouvoir impérial à travers des projets architecturaux, dont les villes de Fatḥpūr Sīkrī et Šāhǧahānābād sont les plus célèbres. Cependant, aucune ville ne resta longtemps un centre impérial, car la mobilité demeurait un trait de la culture de cour : un camp royal mobile (urdu), sur le modèle centrasiatique, servit de capitale jusqu’au XVIIIe s. (p. 72). L. Balabanlilar utilise non seulement une grande variété de sources primaires, mais elle met aussi en œuvre des concepts théoriques (mémoire, exil, migration, identité, imagination) qui sont très utiles à l’analyse. Cette approche originale met en lumière l’héritage timouride de la dynastie moghole, ce qui, jusqu’ici, n’avait pas été suffisamment souligné.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Aigle. Balabanlilar, Lisa, « Lisa Balabanlilar. Imperial Identity in the Mughal Empire. Memory and Dynastic Politics in Early Modern South and Central Asia », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 34-35-36 | 2016, document 10, mis en ligne le 30 décembre 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/41824

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page