Navigation – Plan du site
22
Kaim, Barbara

Barbara Kaim. Most Ancient Fire Temples : Wishful Thinking Versus Reality

Compte-rendu réalisé par Rémy Boucharlat
Référence(s) :

Barbara Kaim. « Most Ancient Fire Temples : Wishful Thinking Versus Reality », in : H. Fahimi and K. Alizadeh, eds., Nāmvarnāmeh, Papers in Honour of Massoud Azarnoush. Tehran, Iran Negar, 2012, p. 131-138.

Texte intégral

1L’A. passe en revue les principaux « temples du feu » iraniens depuis Nush-i Jan, pré-achéménide, temple zoroastrien ou non, jusqu’aux monuments sassanides. Il faut exclure les lieux de culte en plein air, comme le mentionne Hérodote pour les Perses, puis Strabon au tournant de l’ère commune, pour l’Asie Mineure, car ce ne sont pas des temples construits. Le temple du feu prend sa forme peu à peu, celle d’un monument avec un espace principal centré, couvert d’une coupole, comme l’indique Mele Hairam au Turkménistan à la frontière iranienne, daté du IIe s. de n.è., fouillé par l’A. Puis, plus systématiquement la coupole est portée par quatre arcs reposant sur des piliers. Les récentes découvertes en différentes régions d’Iran confirment que cette structure est bien caractéristique de la partie principale du temple du feu sassanide.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Boucharlat. Kaim, Barbara, « Barbara Kaim. Most Ancient Fire Temples : Wishful Thinking Versus Reality », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 34-35-36 | 2016, document 22, mis en ligne le 30 décembre 2016, consulté le 27 mai 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/41812

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page