Navigation – Plan du site
105
Finkel, Irving

Irving Finkel (ed.). The Cyrus Cylinder. The King of Persia’s Proclamation from Ancient Babylon

Compte-rendu réalisé par Rémy Boucharlat
Référence(s) :

Irving Finkel (ed.). The Cyrus Cylinder. The King of Persia’s Proclamation from Ancient Babylon. London, I.B. Tauris, 2013, IX-144 p., 55 fig., bibliographie, index.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Il est inutile de présenter le Cylindre de Cyrus, découvert hors contexte archéologique à Babylone en 1879, et conservé depuis lors au British Museum. Inscrit tout autour d’un objet en terre cuite en forme de barillet, d’où son nom de cylindre, c’est un document important et célèbre. Il a reçu, surtout en Iran dès les années 1960 et encore aujourd’hui, une charge idéologique qu’il n’a pas, comme celle d’être la « première Déclaration des Droits humains » (cf. la libération des Judéens emmenés en captivité à Babylone par le roi Nabuchodonosor). Rédigé par les prêtres de Babylone, nouvellement conquise par Cyrus, il vise avant tout à présenter Cyrus, le commanditaire, comme le nouveau maître libérateur et généreux, protégé de Marduk, le grand dieu de Babylone.

2À l’occasion de sa présentation dans plusieurs villes des USA, l’A., assyriologue, donne une traduction à jour, puisqu’elle utilise deux nouveaux fragments. Oubliés dans les réserves du BM et très récemment retrouvés, ils appartiennent à une copie très soigneuse du texte sur une tablette plate. De plus, l’un des fragments termine le texte par le nom du scribe qui l’a écrit. On sait donc maintenant que ce texte avait été dupliqué pour être diffusé (voir d’autres exemples célèbres, comme les copies de l’inscription de Bīsutūn sur une stèle de Babylone ou à Elephantine en Égypte, ou celles de la « Table de Fondation » du palais de Darius à Suse sur briques). En revanche, deux ossements fossilisés de chevaux trouvés en Chine avant 1928 et portant le texte des lignes 18-21 du Cylindre sont définitivement reconnus comme des faux. J. Taylor retrace ensuite l’histoire de la découverte et St. John Simpson l’histoire de sa présentation dans le musée. J. Curtis étudie le texte comme une illustration de l’idéologie royale perse, ce que propose également Sh. Razmjou qui souligne en même temps l’originalité du contenu et du comportement de Cyrus qui tranche de celui de ses prédécesseurs néo-babyloniens et néo-assyriens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Boucharlat. Finkel, Irving, « Irving Finkel (ed.). The Cyrus Cylinder. The King of Persia’s Proclamation from Ancient Babylon », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 34-35-36 | 2016, document 105, mis en ligne le 30 décembre 2016, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/41788

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page