Navigation – Plan du site
51
Shalev, Y. et Martin, S.R.

Y. Shalev, S.R. Martin. Crisis as Opportunity: Phoenician Urban Renewal after the Babylonians

Compte-rendu réalisé par Astrid Nunn
Référence(s) :

Y. Shalev, S.R. Martin. « Crisis as Opportunity: Phoenician Urban Renewal after the Babylonians ». Trans., 41, 2012, p. 81-100.

Texte intégral

1La destruction partielle de la fin de l’époque babylonienne a permis en Palestine et Phénicie une certaine restructuration « hippodamienne » de cités telles que Dor, Megadim, Beyrouth et al-Mina. Les AA. passent les origines du plan hippodamien en grille et son application dans le monde grec en revue. La dénomination de plan « hippodamien » au Proche Orient, où les plans en grille sont déjà bien attestés au Fer, les dérange. Ils y voient une restructuration plongée dans des racines locales et sans aucune perte d’identité. Cette discussion ne prend pas en considération une proposition déjà ancienne, selon laquelle Hippodamos – un Grec ionien de Milet – aurait lui-même été inspiré par les villes « ordonnées » d’Orient (E. J. Owens, The City in the Greek and Roman World, 1991, p. 11-31, p. 51-61). Qu’Hippodamos n’ait « que » mis en théorie ce que les urbanistes du Levant pratiquaient depuis des siècles et en conséquence la continuation d’une pratique locale restent plus probables qu’un retour d’influence grecque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Astrid Nunn. Shalev, Y. et Martin, S.R., « Y. Shalev, S.R. Martin. Crisis as Opportunity: Phoenician Urban Renewal after the Babylonians », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 34-35-36 | 2016, document 51, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/41610

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page