Navigation – Plan du site
5
Gūdarzī, Moṣṭafā, Rahnavard, Zahrā, Moqaddam, Aṣġar Kafščiyān, Mīršakkāk, Yūsef-‘Alī, Āvīnī, Seyyed Morteḍā, Čalīpā, Kāẓem, Palangī, Nāṣer, Eskandarī, Īraj, Qadīriyān, ‘Abdolḥamīd, ol-Ḥokamā’ī, Ṭāher Šeyḫ, Qāḍīzāde, Ḫašāyār, Asadī, Morteḍā, Seyfī, Ḥojatollāh et Ṣādeqī, Sa‘īd

Moṣṭafā Gūdarzī (éd.). Ḫiyāl-e šarqī

Compte-rendu réalisé par Sepideh Parsapajouh
Référence(s) :

Moṣṭafā Gūdarzī (éd.). Ḫiyāl-e šarqī. N°4, Tehrān, Farhangestān-e honar, 1388/2009, 487 p.

Texte intégral

1Ḫiyāl-e šarqī (« le rêve oriental ») est une revue spécialisée dans les arts plastiques, publiée tous les quatre ans par « Farhangestān-e honar » (Académie des arts de la République islamique d’Iran). C’est une revue dirigée initialement par l’ancien premier ministre, Mīr Ḥoseyn Mūsavī. La quatrième édition de cette revue est consacrée aux œuvres engagées dans la révolution et la guerre, produites en Iran depuis 1979. Ce numéro se compose de quarante-six textes nouvellement écrits ou réédités, provenant des écrits de figures connues dans ce domaine comme Zahrā Rahnavard, Aṣġar Kafščiyān Moqaddam, Yūsef-‘Alī Mīršakkāk, Seyyed Morteḍā Āvīnī, ainsi que d’interviews avec les peintres révolutionnaires les plus célèbres tels que Kāẓem Čalīpā, Nāṣer Palangī, Īraj Eskandarī, ‘Abdolḥamīd Qadīriyān, et Ṭāher Šeyḫ ol-Ḥokamā’ī. L’ensemble des textes est accompagné d’images de très bonne qualité représentant les peintures murales ou d’atelier les plus célèbres dont certaines n’existent plus ou sont très abimées aujourd’hui.

2Parmi les titres des textes de cette revue nous pouvons citer par exemple : Zahrā Rahnavard, « L’art de la révolution islamique » ; Seyyed Morteḍā Āvīnī, « La création et l’expérience spirituelle » ; Īraj Eskandarī, « Le reflet des faits sociaux dans les peintures » ; Ḫašāyār Qāḍīzāde, « L’art révolutionnaire en transition » ; Morteḍā Asadī, « La peinture de guerre pour la paix » ; Nāṣer Palangī, « L’héritage de l’art spirituel » ; Ḥojatollāh Seyfī, « Les peintures et les écritures murales » ; Sa‘īd Ṣādeqī, « Je regrette d’être oublié [par les martyrs] », etc.

3Cet ensemble d’abord esthétique, composé de textes et d’images qui expriment l’évolution de l’engagement révolutionnaire et l’expérience de vie professionnelle des acteurs-artistes de l’histoire contemporaine iranienne, offre une lecture presque complète du récit de l’Iran et de ses changement depuis la révolution du point de vue de la peinture engagé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sepideh Parsapajouh. Gūdarzī, Moṣṭafā, Rahnavard, Zahrā, Moqaddam, Aṣġar Kafščiyān, Mīršakkāk, Yūsef-‘Alī, Āvīnī, Seyyed Morteḍā, Čalīpā, Kāẓem, Palangī, Nāṣer, Eskandarī, Īraj, Qadīriyān, ‘Abdolḥamīd, ol-Ḥokamā’ī, Ṭāher Šeyḫ, Qāḍīzāde, Ḫašāyār, Asadī, Morteḍā, Seyfī, Ḥojatollāh et Ṣādeqī, Sa‘īd, « Moṣṭafā Gūdarzī (éd.). Ḫiyāl-e šarqī », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 34-35-36 | 2016, document 5, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/41379

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page