Navigation – Plan du site
1
Bürgel, Johann-Christoph et Van Ruymbeke, Christine

Johann-Christoph Bürgel, Christine Van Ruymbeke (éds.). A Key to the Treasure of the Hakīm. Artistic and Humanistic Aspects of Nizāmī Ganjavī’s Khamsa

Compte-rendu réalisé par Anna Livia Beelaert
Référence(s) :

Johann-Christoph Bürgel, Christine Van Ruymbeke (éds.). A Key to the Treasure of the Hakīm. Artistic and Humanistic Aspects of Nizāmī Ganjavī’s Khamsa. Leiden, Leiden University Press, 2011, 304 p. (Iranian [Studies] Series)

Texte intégral

1Ce volume réunit treize des communications tenues lors d’un symposium sur le grand poète Neẓāmī qui a eu lieu à Cambridge en 2004. S’il contient quelques communications de valeur (en particulier, celle de Franke – bien qu’en grande partie tirée de son livre Begegnung mit Khiḍr: Quellenstudien zum Imaginären im traditionellen Islam, Beirut-Stuttgart, 2000 –, et celles de Vesel et de Würsch) dans son ensemble il ne peut que décevoir. On espère bien qu’il ne s’agit pas ici d’un volume où aurait contribué “une liste d’auteurs représentative des études internationales sur Neẓāmī” comme le texte de présentation de J.T.P. de Bruijn nous le dit, puisque les erreurs qu’il contient sont bien trop graves. Ainsi on reste perplexe à lire dans l’article de Seyed-Gohrab (p. 189) que le premier maṯnawī de la Ḫamsa, le Maḫzan al-asrār, serait écrit dans le même mètre, ḫafīf, que la Ḥadīqat al-ḥaqīqat de Sanā’ī, un maṯnawī qui l’a en effet inspiré, mais pas sur ce plan-là. En réalité Neẓāmī n’a utilisé ce mètre seulement que dans un autre de ses maṯnawīs, le Haft peykar. Ne pas savoir quels sont les cinq différents mètres que Neẓāmī a utilisés dans les cinq maṯnawīs qui forment la Ḫamsa, avec l’influence que l’on sait sur les maṯnawīs qui suivront, révèle une absence de connaissance élémentaire sur ce poète et sur la littérature persane classique en général. Il ne peut donc pas s’agir ici d’un volume “indispensable” pour les spécialistes de cette littérature, comme le site de l’éditeur nous veut le faire croire.

2Après un court ‘Acknowledgment’ de J.-Chr. Bürgel, qui montre que la responsabilité du volume est entièrement celle de Chr. van Ruymbeke (p. 7) et une ‘Introduction’ de cette dernière (p. 9-15), les articles, dans l’ordre alphabétique des auteurs suivi par le livre, sont les suivants:

3J.-Chr. Bürgel, “Nizāmī’s World Order” (p. 17-51) ; Leili Anvar, “The Hidden Pearls of Wisdom: Desire and Initiation in Laylī u Majnūn” (p. 53-75) ; Gabrielle van den Berg, “Descriptions and Images – Remarks on Gog and Magog in Nizāmī’s Iskandar Nāma, Firdawsī’s Shāh Nāma and Amīr Khusraw’s Aʾīna-yi Iskandarī” (p. 77-93) ; Mario Casari, “Nizāmī’s Cosmographic Vision and Alexander in Search of the Fountain of Life” (p. 95-105) ; Patrick Franke, “Drinking from the Water of Life – Nizāmī, Khizr and the Symbolism of Poetical Inspiration in Later Persianate Literature” (p. 107-25) ; Angelo Michele Piemontese, “The Enigma of Turandot in Nizāmī’s Pentad. Azāda and Bahrām between Esther and Sindbād” (p. 127-44) ; Christine van Ruymbeke, “What is it that Khusraw learns from the Kalīla-Dimna Stories?” (p. 145-66) ; Carlo Saccone, “The ‘Wastelandʼ and Alexander, the Righteous King, in Nizāmī’s Iqbāl Nāma” (p. 167-80) ; Asghar Seyed-Gohrab, “A Mystical Reading of Nizāmī’s Use of Nature in the Haft Paykar” (p. 181-93) ; Priscilla Soucek and Muhammad Isa Waley, “The Nizāmī Manuscript of Shāh Tahmāsp: A Reconstructed History” (p. 195-210) ; Kamran Talattof, “Nizāmī Ganjavi, the Wordsmith: the Concept of sakhun in Classical Persian Poetry” (p. 211-44) ; Ziva Vesel, “Teucros in Nizāmī’s Haft Paykar” (p. 245-52) ; Renate Würsch, “‘Let Even a Cat Win Your Heart!’ Nizāmī on Animal and Man” (p. 253-65).

4Les illustrations, en blanc et noir (malheureusement d’une qualité déplorable) concernant les communications de Soucek/Waley et Vesel (p. 267-74) ; une bibliographie (avec une transcription différente de celle utilisée dans les articles, mais égale à celle des notes, c.-à-d., sans marquer les voyelles longues) (p. 275-90) et un index (p. 291-304), terminent le volume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Livia Beelaert. Bürgel, Johann-Christoph et Van Ruymbeke, Christine, « Johann-Christoph Bürgel, Christine Van Ruymbeke (éds.). A Key to the Treasure of the Hakīm. Artistic and Humanistic Aspects of Nizāmī Ganjavī’s Khamsa », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 34-35-36 | 2016, document 1, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 27 mai 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/41356

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page