Navigation – Plan du site
2
Newman, Andrew J.

Andrew J. Newman. Twelver Shiism. Unity and Diversity in the Life of Islam, 632 to 1722

Compte-rendu réalisé par Mathieu Terrier
Référence(s) :

Andrew J. Newman. Twelver Shiism. Unity and Diversity in the Life of Islam, 632 to 1722. Edinburgh, The New Edinburgh Islamic Surveys, Edinburgh University Press, 2013, 267 p.

Texte intégral

1Ce livre a l’ambition de présenter, en un volume concis, la longue histoire du chiisme duodécimain depuis son apparition (632) jusqu’à la chute de la dynastie safavide en Iran (1722), à un lectorat pas nécessairement spécialisé. Dès son introduction procédant à une recension critique des études chiites et de ses agendas, soulignant le tournant causé par la Révolution islamique iranienne de 1979, l’A. s’emploie à déconstruire certains biais dominants de ces études, comme le caractère iranien du chiisme et la domination uniforme de son élite savante sur ses masses. Le premier chapitre présente la période des imams historiques, de 632 à 873-4, comme l’âge de la fragmentation, au terme duquel le chiisme duodécimain, acceptant l’occultation du douzième imam de la lignée husaynide, est encore groupusculaire. Les trois chapitres 2 à 4 montrent comment, à l’époque abbasside et sous les princes chiites bouyides (954-1055), les savants traditionalistes et rationalistes relevèrent le défi de l’occultation et de l’indécision généralisée par des œuvres théologiques et juridiques. Les invasions seldjoukide (1055) et mongole (1258), dont les conséquences sur le développement du chiisme sont étudiées dans les chapitres 5 et 6, constituent deux ruptures dans la transmission des corpus scripturaires de cette religion. Les périodes ilkhanide (jusqu’en 1355), post-ilkhanide et timouride (après 1387), sont caractérisées dans les chapitres 6 et 7 par une diversité encore plus marquée entre les tendances rationalistes et traditionalistes, la jurisprudence de l’école de Hilla et le millénarisme de mouvements chiites et soufis. Enfin, l’époque safavide (1501-1722), abordée dans les chapitres 8 et 9, se singularise par les difficultés du pouvoir royal et du clergé naissant à faire de l’Iran une société chiite comme à produire un consensus sur les grandes questions théologico-juridiques.

2Pour chaque période de cette longue histoire, l’A. présente les principaux savants et leurs œuvres maîtresses, souligne la multiplicité des foyers chiites actifs en Iran, Irak, Syrie-Liban et Arabie, étudie la transmission des textes canoniques anciens. Il démontre ainsi de manière irréfutable, d’une part que jamais l’élite rationaliste n’a été homogène et hégémonique, d’autre part que c’est sur la diversité géographique et doctrinale que le chiisme moderne s’est lentement construit. Cette démonstration s’appuie sur des recensements quantitatifs donnés en annexes : 1. Les origines géographiques des savants chiites du VIe/XIIe au XIIe/XVIIIe s. ; 2. Les copies des manuscrits des ouvrages canoniques du VIe/XIIe au XIIIe/XIXe s. ; 3. Les ouvrages prosopographiques (rijāl) de l’époque safavide ; 4. Les commentaires et les gloses des ouvrages canoniques du VIe/XIIe au XIIe/XVIIIe siècle. Chaque chapitre est suivi par ses notes référencées et l’ouvrage se clôt sur une bibliographie générale extrêmement riche.

3Cet ouvrage, en plus d’offrir une mine d’informations sur le chiisme imamite, propose un puissant stimulant intellectuel pour les études à venir dans ce domaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Terrier. Newman, Andrew J., « Andrew J. Newman. Twelver Shiism. Unity and Diversity in the Life of Islam, 632 to 1722 », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 34-35-36 | 2016, document 2, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/41346

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page