Navigation – Plan du site
1
Roy, Jeremiah Losty et Malini

Jeremiah Losty et Malini Roy. Mughal India, Art Culture and Empire.

Compte-rendu réalisé par Isabelle Imbert
Référence(s) :

Jeremiah Losty et Malini Roy. Mughal India, Art Culture and Empire. Catalogue d’exposition de la British Library, 9 nov. 2012 - 2 av. 2013, Londres, 2012, 255 p.

Texte intégral

1Trente ans après l’exposition organisée par Jeremiah Losty (The Art of the Book in India, Londres, 1982.), la British Library consacre une exposition aux productions de peinture durant le long règne la dynastie moghole. Le catalogue, richement illustré s’organise en quatre chapitres. Il s’ouvre sur une carte du sous-continent, une généalogie des souverains moghols et un glossaire. Le catalogue contient 167 entrées associées à une bibliographie exhaustive des publications.

2Le premier chapitre est dédié au patronage d’Akbar (r. 1555-1605). Il présente une sélection des plus somptueux manuscrits commandés par l’empereur, le Dārāb-nāme datable des années 1580-85 (Or.4615), le Bābūr-nāme produit entre 1590 et 1593 (Or.3714), plusieurs peintures issues de deux copies de l’Akbar-nāme illustrées vers 1595 (Johnson Album 8,4) et 1602-3 (Or.12988), ainsi que d’autres manuscrits et peintures isolées. Organisé de manière chronologique, le matériel présente les principales caractéristiques de l’atelier de l’empereur, et se termine par un aperçu de l’attrait des peintres moghols pour les modes de représentation occidentales.

3Le second chapitre est consacré au XVIIe s., en particulier le patronage de Jahāngīr (r. 1606-1627) et Šāh Jahān (r. 1627-1658). Plusieurs manuscrits et pages d’albums illustrent les goûts et les centres d’intérêt des empereurs. Sont ainsi passés en revue des portraits des souverains, des représentations de mystiques et soufis, de femmes et d’Européens. Une lumière nouvelle est apportée à l’album Dārā Šikoh qui manquait jusque là de renouveau historiographique. Le chapitre se termine sur un portrait équestre d’Awrangzeb (r. 1658-1707).

4Le troisième chapitre s’intéresse à la diffusion des techniques mogholes dans les provinces au XVIIIe s., et plus particulièrement à l’art du portrait. Il permet d’apporter de nombreux éclaircissements sur une période mal connue de l’art moghol et présente plusieurs écoles « provinciales » aux riches traditions artistiques.

5Enfin, le quatrième et dernier chapitre est entièrement consacré au XIXe siècle. L’objectif est de montrer que le naturalisme dérivé de l’art européen et assimilé par les peintres moghols donne naissance à un syncrétisme artistique encouragé par les nombreux commanditaires européens installés en Inde.

6Ce catalogue d’exposition offre au lecteur néophyte un excellent aperçu des arts du livre moghols et constitue un formidable outil d’analyse aux chercheurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Imbert. Roy, Jeremiah Losty et Malini, « Jeremiah Losty et Malini Roy. Mughal India, Art Culture and Empire. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 34-35-36 | 2016, document 1, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/41261

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page