Navigation – Plan du site
1
Belyaev, O. et Vydrin, A.

O. Belyaev et A. Vydrin. Participle-Converbs in Iron Ossetic: Syntactic and Semantic Properties

Compte-rendu réalisé par Agnès Lenepveu-Hotz
Référence(s) :

O. Belyaev et A. Vydrin. « Participle-Converbs in Iron Ossetic: Syntactic and Semantic Properties », in : Agnes Korn, Geoffrey Haig, Simin Karimi, Pollet Samvelian, éds., Topics in Iranian Linguistics. Wiesbaden, Reichert, 2011, p. 117-134.

Texte intégral

1Dans cet article, les AA. traitent de deux formes de participes-converbes en ossète. Toutes deux sont construites sur le radical du présent, affixé de -gɐ et de -gɐjɐ (forme d’ablatif du premier). En revanche, elles se distinguent sémantiquement et syntaxiquement. La fonction première de la forme en -gɐ est d’être un participe, tandis que la forme en -gɐjɐ est toujours converbe et ne peut être participe. Quand la première occupe des fonctions de converbe, son emploi sémantique est limité aux seules expressions de la manière et du temps, tandis que la seconde convoie les idées de manière, de temps, de condition (réelle comme irréelle), de cause, de concession, etc. De même, leur place dans la phrase n’est pas la même : -gɐ se place en général au centre ou à la fin ; -gɐjɐ est le plus souvent en début de phrase. Là où la seule négation possible avec -gɐ est la préposition -ɐnɐ « sans », la forme -gɐjɐ peut être aussi niée avec la négation verbale -nɐ. Le sujet non exprimé de -gɐjɐ ne peut être que le sujet de la principale alors qu’il peut être le sujet ou l’objet de la principale avec -gɐ. Pour les deux formes, un enclitique peut être attaché au constituant le plus proche de la principale à gauche de la subordonnée, tandis qu’il peut être en seconde position dans la principale uniquement avec -gɐjɐ. Les proclitiques possessifs peuvent marquer les objets directs des formes en -gɐjɐ, mais pas de celles en -gɐ ou des verbes finis.

2Au vu de ces observations, les AA. concluent que les formes en -gɐjɐ sont plus “nominales” et plus intégrées dans la phrase principale que ne le sont les formes en -gɐ. La seule propriété qui les rendrait “verbales” serait le fait qu’elles autorisent la négation verbale comme la négation nominale (avec préposition -ɐnɐ). Mais ces formes en -gɐjɐ apparaissent avec davantage de sens adverbiaux que les formes en -gɐ limitées à la manière et au temps (et encore, cette nuance n’est pas admise par tous les locuteurs). Les AA. suggèrent aussi de voir une grammaticalisation de -gɐjɐ vers un converbe à part entière. Ces formes sont beaucoup moins intégrées sémantiquement à la principale et sont plus indépendantes que les formes en -gɐ, même si elles gardent des traits syntaxiques liés à leur origine (ablatif de -gɐ). La possibilité d’utiliser également la négation verbale marquerait un pas vers un statut plus indépendant syntaxiquement, statut motivé par l’évolution sémantique. L’article se clôt sur l’hypothèse selon laquelle l’utilisation limitée de -gɐ dans la fonction de converbe pourrait être due à un développement plus récent au terme duquel -gɐ tend à remplacer -gɐjɐ.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnès Lenepveu-Hotz. Belyaev, O. et Vydrin, A., « O. Belyaev et A. Vydrin. Participle-Converbs in Iron Ossetic: Syntactic and Semantic Properties », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 34-35-36 | 2016, document 1, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/41109

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page