Navigation – Plan du site
456
Iwasaki, Yoko

Yoko Iwasaki. Iran isulam kakumei go no ‘sargofli houshiki chinntai keiyaku’

Compte-rendu réalisé par Yoko Suzuki
Référence(s) :

Yoko Iwasaki. « Iran isulam kakumei go no ‘sargofli houshiki chinntai keiyaku’ ». Azia Keizai, janvier 2009, p. 2-28.

[Des baux à la manière de sarqoflī après la révolution islamique d’Iran]

Texte intégral

1Étant curieuse d’un système inexistant dans la loi japonaise, l’A. étudie l’évolution des lois concernant le sarqoflī, c’est-à-dire qui désigne le fonds de commerce en français, et l’examine dans la pratique actuelle à Téhéran à partir de plusieurs enquêtes de terrain.

2Selon elle, cette tradition iranienne, traitée et codifiée comme un goodwill par un conseiller financier américain en 1943, fut pour la première fois mise en forme légiférée en 1960, puis cette loi fut précisée en 1977 ; après la révolution, bien qu’elle ait été modifiée en 1997 en vue de la protection des propriétaires sous l’influence de juristes islamiques, cette tradition s’est maintenue jusqu’à aujourd’hui grâce à l’adaptabilité du monde du commerce.

3L’A. met l’accent sur la différence entre la loi islamique et le code moderne dans la notion de la propriété pour dire que cet écart a suscité la modification de la loi. Ensuite, elle en conclut que le système économique, qui est un ensemble d’usages quotidiens ne se laisse finalement pas effacer sous la pression politico-juridique.

4Ce travail est évidemment très original dans sa théorie, mais l’originalité iranienne de cette pratique sera remise en cause, lorsque nous nous rendons compte de l’influence française sur la législation iranienne (l’idée du fonds de commerce est apparue depuis la fin du XVIIIe s. en France et sa qualification de nantissement est codifiée à partir de 1909, ainsi que le premier code du commerce iranien 1924-5, modifié en 1932, a été extrait du code français) et de l’histoire des échanges matériels et humains entre les deux pays. En outre, vu que le bien immatériel était graduellement légalisé au cours de la transition du capitalisme foncier au capitalisme financier, son non conceptualisation chez certains juristes islamiques ne semble pas spécifiquement lié à l’islam.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yoko Suzuki. Iwasaki, Yoko, « Yoko Iwasaki. Iran isulam kakumei go no ‘sargofli houshiki chinntai keiyaku’ », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 32-33 | 2013, document 456, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 20 août 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/41042

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page