Navigation – Plan du site
431
Orsatti, Paola

Paola Orsatti. Le donne e le città : note sull’origine di alcuni personaggi nel romanzo medievale persiano

Compte-rendu réalisé par Anna Livia Beelaert
Référence(s) :

Paola Orsatti. « Le donne e le città : note sull’origine di alcuni personaggi nel romanzo medievale persiano », in : Giuliano Lancioni, Olivier Durand, eds., Dirāsāt Aryūliyya. Studi in onore di Angelo Arioli. Roma, La Sapienza Orientale, 2007, p. 139-163.

Texte intégral

1L’A. analyse l’origine et l’évolution de cinq personnages féminins dans le Ḫusraw u Šīrīn de Neẓāmī et sept maṯnawīs du XIIe jusqu’au XVe s. qui en sont des naẓīras, soit en en reprenant les protagonistes, soit en utilisant le même mètre (hazaj-e mosaddas-e maḥḏūf). Les cinq sont Mehīn Bānū, Šīrīn, Maryam, Šakar et Gul. Le but est de “rendre au personnage féminin son vrai rôle (mythique, symbolique, fonctionnel) et même sa réalité historique” (p. 139). Parfois la ville ou la région à laquelle un personnage est rattaché donne une indication de son origine. Ainsi, le fait que Neẓāmī rattache Mehīn Bānū, la tante de Šīrīn, à la ville de Barda’, ville où lui-même, dans son Šaraf-nāma, localise le personnage de Nušāba (qui est l’équivalente de Candace dans le Roman d’Alexandre du Pseudo-Callisthène), et qu’il identifie dans le même poème avec la ville antique de Harūm, où Ferdowsī déjà paraît localiser les Amazones, explique nombre de ses traits caractéristiques. En effet, Šīrīn est élevée chez elle sans autre parent, dans ce qui est en réalité une “ville de femmes”. Dans d’autres cas c’est la légende de Golinduch – sainte d’origine persane qui, après sa conversion, prit le nom de Maryam, mourut en 591 en territoire byzantin, et qui aurait rencontré le roi Ḫusraw – qui forme un personnage. D’abord Maryam (comme l’avait déjà démontré Gianroberto Scarcia dans son Scirin. La regina dei Magi, Milan 2003, auquel l’A. se réfère), mais aussi, e.a., Šīrīn dans le Šīrīn u Ḫusraw de Hātefī (composé entre 889/1484 et 895/1490) et Gul dans le Gul u Nawrūz de Ḫvājū Kermānī (composé en 742/1341). Dans ce dernier cas le nom du personnage reflète son origine (bien que sur base d’une étymologie fantaisiste, comme le précise l’A.).

2Article riche en données et idées, qui fait partie des recherches plus élaborées de l’A., et, comme elle l’annonce, sera suivi par une édition de la Ḫamsa auquel appartient un des textes analysés, le Mehr u Negār de Jamālī (composé en 805/1403).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Livia Beelaert. Orsatti, Paola, « Paola Orsatti. Le donne e le città : note sull’origine di alcuni personaggi nel romanzo medievale persiano », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 32-33 | 2013, document 431, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/40964

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page