Navigation – Plan du site
429
Loloi, Parvin

Parvin Loloi. Ḥāfiẓ and the Language of Love in Nineteenth-Century English and American Poetry

Compte-rendu réalisé par Anna Livia Beelaert
Référence(s) :

Parvin Loloi. « Ḥāfiẓ and the Language of Love in Nineteenth-Century English and American Poetry », in : Leonard Lewisohn, ed., Hafiz and The Religion of Love in Classical Persian Poetry. London/New York, I.B. Tauris in association with Iran Heritage Foundation, 2010, p. 279-94.

Texte intégral

1L’A., éminente spécialiste des traductions de Ḥāfeẓ en anglais, qui a publié en 2004 le livre incontournable Hâfiz, Master of Persian Poetry: A Critical Bibliography. English Translations Since the Eighteenth Century, montre ici dans quelle mesure le langage amoureux de Ḥāfeẓ a influencé les poètes romantiques anglais et américains. Un certain nombre d’entre eux ont lu “énormément et avec enthousiasme la littérature de l’Orient” (p. 283), et ils ont eu accès aux poèmes de Ḥāfeẓ en premier lieu par les traductions du célèbre William Jones (1746-1794). L’A. traite quatre poètes en particulier, Byron, Shelley, Emerson et Tennyson, Byron étant le seul à avoir eu une expérience de première main avec l’orient et les milieux soufis. En ce qui concerne Shelley, il a lu Jones, bien sûr, mais la doctrine de l’émanation qui est à la base de sa philosophie de l’amour est tout aussi redevable au néoplatonisme qu’au soufisme. Emerson, quant à lui, avait lu les traductions de Jones déjà dans son adolescence, mais il a connu Ḥāfeẓ aussi par la traduction allemande du Dīvān de Hammer et par le West-östlicher Divan de Goethe, pour qui cette traduction avait eu l’importance que l’on sait. Pour lui Ḥāfeẓ est “la pierre de touche” et sa poésie celle qui était la plus capable de “vacciner le lecteur avec la folie poétique’ (p. 288). Tennyson, finalement, est le seul qui a même essayé d’apprendre le persan pour lire le poète dans le texte et pour lui aussi le West-östlicher Divan était une source d’inspiration majeure. Sa poésie montre nombre de traces d’une grande “connaissance du langage ésotérique et érotique de Ḥāfeẓ” (p. 290). L’A. conclut qu’aucun des poètes majeurs de langue anglaise de cette période, excepté Emerson et Tennyson, n’a fait “un usage réellement considérable de la poésie de Ḥāfeẓ dans leur oeuvre personnelle”, et qu’aucun des quatre ne peut être comparé avec Goethe, qui est le seul à avoir “recréé Ḥāfeẓ dans une autre tradition poétique” (p. 292).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Livia Beelaert. Loloi, Parvin, « Parvin Loloi. Ḥāfiẓ and the Language of Love in Nineteenth-Century English and American Poetry », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 32-33 | 2013, document 429, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 30 mars 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/40962

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page