Navigation – Plan du site
416
‘Am‘aq Buḫārā’ī, Šehāb al-Dīn et Ša‘bānlū, ‘Alī-Reḍā

Šehāb al-Dīn ‘Am‘aq Buḫārā’ī. Dīvān-e aš`ār. Édité avec introduction et notes par ‘Alī-Reḍā Ša‘bānlū

Compte-rendu réalisé par Anna Livia Beelaert
Référence(s) :

Šehāb al-Dīn ‘Am‘aq Buḫārā’ī. Dīvān-e aš`ār. Édité avec introduction et notes par ‘Alī-Reḍā Ša‘bānlū, Tehrān, Entešārāt-e Āzmā, 1389/[2010], 496 p.

Texte intégral

1Même si ‘Am‘aq est un des meilleurs poètes du Ve/XIe s., un Dīvān de ses poèmes ne nous est pas parvenu et ses poèmes doivent être glanés de sources diverses : taḏkeres, anthologies, dictionnaires, historiographies, recueils. Deux éditions ont précédé celle-ci. Une première, Tabrīz 1307/1928, est une copie d’un seul recueil, dans laquelle une grande partie des poèmes ne sont sûrement pas d’‘Am‘aq ; une deuxième, par Sa‘īd Nafīsī, Tehrān 1339/1960, est plus fiable; elle est basée sur un grand nombre de sources, qui, toutefois, ne sont pas précisées pour chaque poème. Dans l’édition présente, enfin, chaque poème (dix-sept qaṣīdes, trente-quatre quatrains et un bon nombre de fragments plus ou moins longs) est pourvu de cette information nécessaire, ainsi que d’un appareil critique. L’éditeur a utilisé trente-huit manuscrits d’anthologies et de recueils (détails p. 15-27) ainsi que plusieurs sources imprimées, y compris les deux éditions précédentes du Dīvān. Toutefois, aucun des manuscrits utilisés ne concerne des recueils qui datent d’avant la fin du Xe/XVIe s., et par exemple, le Mu’nes al-aḥrār de Laṭīf al-Dīn Aḥmad Kalāmī, qui date de 702/1302-3 et qui fut utilisé par Nafīsī, manque. On peut aussi douter de l’acribie de l’éditeur : un sondage concernant une des sources imprimées utilisées, le Lubāb al-albāb de ‘Awfī, s’avère décevant.

2Une longue introduction (p. 13-222) examine des aspects littéraires et historiques. On ne sait ni la date de naissance du poète, ni celle de sa mort, Pour cette dernière l’A., curieusement, accepte une date d’environ 542/1147-543/1149 mentionnée dans quelques taḏkeres (p. 65-67), ce qui impliquerait une longévité étonnante, puisqu’il nous n’est connu que comme panégyriste de deux Qaraḫānides, qui régnaient de Samarcande bien plus avant. D’abord, avec six qaṣīdes, Šams al-Dīn Naṣr b. Ebrahīm (r. 460/1068-472/1080), puis après, avec une seule qaṣīde, son frère Ḫezr b. Ebrahīm (r. 472/1080-?473/1081). L’identification d’un autre dédicataire, qui corroborerait une date si tardive, reste douteuse.

3Les mots et expressions moins courants sont expliqués dans un commentaire (p. 349-472), qui est rendu accessible pas un des index (p. 475-81).

4Bien que l’édition s’avère perfectible, elle est un grand pas en avant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Livia Beelaert. ‘Am‘aq Buḫārā’ī, Šehāb al-Dīn et Ša‘bānlū, ‘Alī-Reḍā, « Šehāb al-Dīn ‘Am‘aq Buḫārā’ī. Dīvān-e aš`ār. Édité avec introduction et notes par ‘Alī-Reḍā Ša‘bānlū », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 32-33 | 2013, document 416, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 20 août 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/40937

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page