Navigation – Plan du site
413
Mojtabā, Mehdī

Mehdī Mojtabā. Az ma‘nā tā ṣūrat (ṭabaqe-bandī va taḥlīl-e rīše-hā, zamīne-hā, naẓariye-hā, jaryān-hā, rūykard-hā, andīše-hā va āṯār-e mohemm-e naqd-e adabī dar Īrān va adabiyāt-e fārsī

Compte-rendu réalisé par Ève Feuillebois-Piérunek
Référence(s) :

Mehdī Mojtabā. Az ma‘nā tā ṣūrat (ṭabaqe-bandī va taḥlīl-e rīše-hā, zamīne-hā, naẓariye-hā, jaryān-hā, rūykard-hā, andīše-hā va āṯār-e mohemm-e naqd-e adabī dar Īrān va adabiyāt-e fārsī. 2 vol., Tehrān, Soḫan, 1390/[2010], 1228 p.

Texte intégral

1L’A. s’efforce ici de construire une théorie littéraire permettant de prendre en compte la littérature persane classique dans sa spécificité, car il estime qu’il est impossible de comprendre et d’analyser pleinement une œuvre littéraire sans s’appuyer sur des bases théoriques. Pour cela, il retrace une histoire de la pensée critique en Iran du début de la période islamique à nos jours, cette approche lui paraissant particulièrement pertinente pour la littérature classique où l’emprise de la tradition est si forte. L’ouvrage est passionnant, érudit, titanesque dans son objet et révolutionnaire dans son approche.

2La première partie pose les bases d’une critique littéraire s’attachant à la forme mais aussi au contenu, et réfléchit sur l’usage de la critique en Iran et les raisons de sa sous-utilisation.

3La seconde partie débusque les endroits où se cachent les acteurs et les discours assimilables à la critique littéraire durant les deux premiers siècles après la conquête musulmane. Lexicographes, esthètes et penseurs religieux ne jouent pas un rôle négligeable, aux côtés des écrivains, poètes et critiques. Les approches critiques oscillent du regard moraliste au respect des normes traditionnelles en passant par le « goût », la comparaison et la notion d’emprunt littéraire. Les grandes personnalités sont Jāḥiẓ, Ibn Qutayba, Ibn Ṭabāṭabā, Qudama b. Ja‘far, Fārābī, Marbānī, Abū Ḥilāl ‘Askarī, Ibn Rašīq Qayrawānī, Ibn Sīnā, ‘Abd al-Qāhir Jurjānī, dont la pensée en matière de critique littéraire se trouve ici analysée.

4La troisième partie, la plus longue et la plus importante, se divise en trois gros chapitres. Tout d’abord, l’A. distingue différentes catégories d’acteurs de la critique et différencie leurs approches respectives : poètes, auteurs de taḏkere, rhétoriciens et prosodistes, secrétaires de chancellerie, philosophes, soufis et hommes de religion sont ainsi passés en revue. Ensuite, il décrit plusieurs types de critique : celles qui s’attachent à la forme se basent sur des critères esthétiques, sur la rhétorique et la prosodie, sur l’étude des images et des métaphores ; celles qui se penchent sur le contenu ont volontiers une approche morale, sociologique, psychologique ou historique. Enfin la pensée critique d’un grand nombre d’auteurs se trouve analysée à partir de traités construits ou au contraire d’allusions parsemées au cœur de leur œuvre : à côté des traités de rhétorique (Tarjomān, Hadāyeq al-seḥr, Mo‘jam, …), les poètes Rūdakī, Maysarī, ‘Onsorī, Farroḫī, Ferdowsī, Manūčehrī, Nāṣer Ḫosrow, Mas‘ūd-e Sa‘d, Sanā’ī, Anvarī, Ḫāqānī, Neẓāmī, ‘Aṭṭār, Mowlavī, Sa‘dī, Ḥāfeẓ, Jāmī sont interrogés par l’A., qui s’intéresse aussi, mais dans une moindre mesure, au style indien, au bāzgašt-e adabī, à la littérature constitutionnelle et moderne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ève Feuillebois-Piérunek. Mojtabā, Mehdī, « Mehdī Mojtabā. Az ma‘nā tā ṣūrat (ṭabaqe-bandī va taḥlīl-e rīše-hā, zamīne-hā, naẓariye-hā, jaryān-hā, rūykard-hā, andīše-hā va āṯār-e mohemm-e naqd-e adabī dar Īrān va adabiyāt-e fārsī », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 32-33 | 2013, document 413, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/40921

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page