Navigation – Plan du site
312
Vevaina, Yuhan Sohrab-Dinshaw

Yuhan Sohrab-Dinshaw Vevaina. Resurrecting the Resurrection. Eschatology and Exegesis in Late Antique Zoroastrianism

Compte-rendu réalisé par Mihaela Timus
Référence(s) :

Yuhan Sohrab-Dinshaw Vevaina. « Resurrecting the Resurrection. Eschatology and Exegesis in Late Antique Zoroastrianism », in : C. A. Bromberg, N. Sims-Williams, U. Sims-Williams, eds., BAI: Iranian and Zoroastrian Studies in Honor of Prods Oktor Skjærvø, vol. 19, 2005 [2009], Detroit (Michigan), Iowa State University Press, 2009, p. 215-223.

Texte intégral

1Par des arguments bien fondés, l’A. propose un renouvellement de la réflexion sur l’eschatologie iranienne, dont l’absence pendant les dernières décennies a été déplorée par J. Kellens (2006). Il insiste sur la continuité des expressions attestant la croyance à la résurrection, entre l’Avesta et les commentaires pehlevis. Par cela, il esquisse aussi une nouvelle perspective sur un atelier ouvert de nos jours, dans le cadre des études iraniennes, à savoir la configuration et la compréhension du caractère spécifique de l’exégèse zoroastrienne, toute différente par rapport aux autres traditions monothéistes. Quelques acquis de l’article : 1. La correspondance intertextuelle précise entre le Dk. 9.46.1-5 et le FrWestergaard ; 2. Une perspective intéressante sur la corporalité eschatologique, en l’occurrence l’emploi du m.p. kālbod dans le Dk. 9, afin de désigner les formes des entités démoniaques. Il s’agit ici d’un autre terme du vocabulaire daēvique zoroastrien, à rajouter à une liste plus longue. (En complément, il convient de préciser que la définition de ce terme est donnée dans le Dk. 3.105, alors que le ŠGW 8.30 lui assigne un rôle relativement neutre : « la forme (kālbod), l’espèce, la largeur d’un être »). 3. Reprise de la question de l’importance de la numérologie symbolique. Depuis Friedrich Windischmann jusqu’à Mary Boyce, on tente de déchiffrer le mystère du chiffre 57 qui enferme en énigme la biographie mythique de Sōšān. L’A. réoriente la raison vers un passage de l’Anthologie de Zādspram (28.7), à lire en connexion avec Yasna 54.1-2, et en écartant ainsi la tentation de la spéculation futile.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mihaela Timus. Vevaina, Yuhan Sohrab-Dinshaw, « Yuhan Sohrab-Dinshaw Vevaina. Resurrecting the Resurrection. Eschatology and Exegesis in Late Antique Zoroastrianism », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 32-33 | 2013, document 312, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 16 août 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/40808

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page