Navigation – Plan du site
310
Sheffield, Daniel Jensen

The Wizirgerd ī Dēnīg and the Evil Spirit: Questions of Authenticity in Post-Classical Zoroastrianism

Compte-rendu réalisé par Mihaela Timus
Référence(s) :

« The Wizirgerd ī Dēnīg and the Evil Spirit: Questions of Authenticity in Post-Classical Zoroastrianism », in : C. A. Bromberg, N. Sims-Williams, U. Sims-Williams, eds., BAI: Iranian and Zoroastrian Studies in Honor of Prods Oktor Skjærvø, vol. 19, 2005 [2009], Detroit (Michigan), Iowa State University Press, 2009, p. 181-189.

Texte intégral

1En annonçant la préparation d’une édition d’un texte peu connu, le Wizirgerd ī Dēnīg – Le livre des jugements religieux (WD), l’A. partage sa contribution en deux parties :

21. La transmission du WD au sein de la communauté parsie. Détails d’intérêt : publiée pour la première fois en 1848 (par l’Ervad Peśotan Behrāmjī Sanjānā), l’édition fut vite retirée de la circulation sous la demande de l’Anjuman parsi, fait qui explique la rareté de ce texte. Sa parution tomba au milieu des tensions entre les deux familles sacerdotales, les Sanjānā et les Bhagaria dont faisaient partie les Jāmāspāśā. Ces derniers finirent par accuser le Dastur Edaljī Dārābjī Sanjānā (grand prêtre de Bombay et détenteur du mss. du WD selon lequel l’édition a été établie) d’avoir introduit dans le WD des passages contrevenant aux croyances et à la pratique des parsis du XIXe s. En particulier, le mythe des trois femmes de Zarathushtra aurait été introduit afin de justifier un acte rigoureusement prohibé : le même Dastur aurait légitimé le mariage d’un zoroastrien avec une deuxième femme alors que la première était toujours vivante. L’aberration de l’accusation s’explique par le fait que, à la même époque, une partie de la communauté parsie mettait en cause l’authenticité du Bundahišn (où l’on trouve ce mythe). Et la geste d’Ardashir (KNP), quant à elle, a été considérée comme une interprétation malveillante du prince fondateur. Néanmoins, si le Bd. et le KNP ont été ultérieurement réhabilités, il n’en a pas été de même pour le WD.

32. Un article doctrinaire : la question de la création d’Ahreman par Ohrmazd. Bien que le WD insiste sur la position inférieure d’Ahreman, il ne manque pas de répertorier une formule qui nous était depuis longtemps familière grâce aux auteurs arabes : Ahreman créé par la pensée d’Ohrmazd (az wizir <ī> Ohrmazd, WD 8.4). Au-delà de la greffe de type monothéiste de l’exégèse occidentale (d’obédience chrétienne) à l’égard du mazdéisme (Skjærvø), l’A. pense à l’impact durable de la culture islamique sur la littérature zoroastrienne « post-classique » (formule qu’il définit comme la période suivant la rédaction des principaux textes pehlevis, au IXe-Xe s. ap. J.-C.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mihaela Timus. Sheffield, Daniel Jensen, « The Wizirgerd ī Dēnīg and the Evil Spirit: Questions of Authenticity in Post-Classical Zoroastrianism », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 32-33 | 2013, document 310, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/40804

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page