Navigation – Plan du site
252
Niewöhner-Eberhard, Elke

Elke Niewöhner-Eberhard. Die Daštakīs. Die Familiengeschichte des Autors Ḥasan Fasā’ī im Fārsnāma-yi Nāṣirī

Compte-rendu réalisé par Christophe Werner
Référence(s) :

Elke Niewöhner-Eberhard. Die Daštakīs. Die Familiengeschichte des Autors Ḥasan Fasā’ī im Fārsnāma-yi Nāṣirī. Berlin, Klaus Schwarz Verl., 2009, 110 p. (Islamkundliche Untersuchungen, 296).

Texte intégral

1Parmi les histoires locales de l’époque qajare, le Fārs-nāme de Mīrzā Ḥasan Fasā’ī (1821-1898) est probablement la plus importante. Sa première partie, concernant les évènements en Iran au XIXe s., a été traduite en anglais par Heribert Busse sous le titre de History of Persia under Qajar Rule et reste ainsi un ouvrage de référence pour l’histoire politique de l’époque qâjâr. La deuxième partie du Fārs-nāme est une géographie historique ; elle contient des informations précieuses sur les familles et les notables de Šīrāz. Une de ces familles est la propre famille de l’A., les Daštakī, une famille de seyyed résidant à Šīrāz depuis des siècles, et plus particulièrement depuis l’époque seljuquide quand ‘Alī Abū Sa‘īd al-Nasibinī y arriva depuis le nord-est de la Mésopotamie et prit résidence dans le quartier de Daštak.

2C’est l’histoire de cette famille, dont il existe encore de représentants vivant à Šīrāz aujourd’hui, qui constitue le véritable sujet de cette petite mais excellente monographie. E. Niewöhner-Eberhard traite l’histoire des membres de cette famille dans un ordre chronologique, en s’appuyant dans cette démarche sur le Fārs-nāme comme point de départ pour comparer les données de son auteur avec celles des autres sources. Ainsi, elle arrive à corriger quelques affirmations de Fasā’ī, par exemple l’indication que Gowharšād Begum, petite-fille de Šāh Ṭahmāsp, fut mariée à Mīrzā Ebrāhīm de la famille Daštakī. Un lien de continuité pour la famille Daštakī entre les XVe et XIXe siècles était la Madrase-ye Manṣūriye, fondée par le théologien et savant Hājj Amīr Ṣadr al-Dīn Moḥammad (m. 1498). Richement pourvue en divers biens, cette madrasa reste un point de référence intellectuel et imaginaire pour la famille Daštakī. Mais les membres de cette famille ont également pu être identifiés ailleurs qu’à Šīrāz. Le Daštakī le plus connu, Neẓām al-Dīn Aḥmad, poète, savant et mathématicien, naquit à Ṭā’if, fit ses études à La Mecque et partit pour l’Inde à l’âge de 28 ans où il devint le confident de Qoṭb-Šāh ‘Abdollāh, à Golconde. Le livre se termine par une généalogie familiale indiquant également les œuvres majeures rédigées par les savants de cette famille.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Werner. Niewöhner-Eberhard, Elke, « Elke Niewöhner-Eberhard. Die Daštakīs. Die Familiengeschichte des Autors Ḥasan Fasā’ī im Fārsnāma-yi Nāṣirī », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 32-33 | 2013, document 252, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/40676

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page