Navigation – Plan du site
269
D’Onofrio, Svevo

Svevo D’Onofrio. A Persian Commentary to the Upaniṣads: Dārā Šikōḥ’s ‘Sirr-i akbar’

Compte-rendu réalisé par Nicolas Dejenne
Référence(s) :

Svevo D’Onofrio. « A Persian Commentary to the Upaniṣads: Dārā Šikōḥ’s ‘Sirr-i akbar’ », in : D. Hermann, F. Speziale, eds., Muslim Cultures in the Indo-Iranian World during the Early-Modern and Modern Periods. Berlin, Institut Français de Recherche en Iran – Klaus Schwarz Verlag, 2010, p. 533-563. (Bibliothèque iranienne, vol. 69 – Islamkundliche Untersuchungen, vol. 290).

Texte intégral

1La contribution de Svevo d’Onofrio porte sur l’ouvrage persan connu sous le titre de Sirr-i Akbar (« le plus grand mystère ») et attribué au prince moghol Dārā Šikōḥ (1615-1659) ; il consiste en la traduction du sanskrit en persan de cinquante Upaniṣad, des textes brahmaniques composés à partir du Ve s. avant notre ère représentant l’un des sommets de la spéculation philosophique et religieuse de l’hindouisme. Le Sirr-i Akbar constitue donc l’une des entreprises les plus ambitieuses de Dārā Šikōḥ dans sa volonté de connaître la pensée hindoue pour aboutir à un syncrétisme entre les mysticismes hindou et soufi, qu’il a exposé dans son Majma ‘al-Baḥrayn (« La confluence des deux océans ») – dont d’Onofrio, en collaboration avec Fabrizio Speziale, a par ailleurs fourni récemment une traduction italienne, La congiunzione dei due oceani (Adelphi, Milan, 2011). L’article de d’Onofrio a pour objet principal de préciser l’affiliation philosophique du groupe de savants indiens ayant transmis l’enseignement des cinquante Upaniṣad à Dārā Šikōḥ. Après avoir établi que le prince moghol ne possédait pas une connaissance du sanskrit suffisante pour être l’unique auteur du Sirr-i Akbar, l’A. démontre de façon convaincante, sur la base de preuves externes et surtout internes, que les pandits (lettrés indiens) de Bénarès interlocuteurs de Dārā Šikōḥ n’ont pas procédé à une traduction littérale des Upaniṣad mais en ont donné une interprétation systématiquement empreinte des doctrines de l’école philosophique dite du « non-dualisme absolu » (kevalādvaitavāda) dont le fondateur et le plus grand penseur est Śankara (IXe s.) ; cette grille de lecture a permis de réaliser la gageure de faire ressortir une doctrine unifiée de cinquante textes hétérogènes composés sur plus de 1500 ans, et a incidemment facilité la découverte par Dārā Šikōḥ de correspondances entre ce corpus et les conceptions soufies. Grâce à une comparaison méticuleuse, portant sur quelques passages bien choisis, entre les textes originaux sanskrits (Upaniṣad elles-mêmes et leurs commentaires non-dualistes) et le texte persan, l’A. démontre que le Sirr-i Akbar doit être considéré moins comme une traduction que comme un commentaire des Upaniṣad rédigé en langue persane et d’obédience kevalādvaitavāda. L’article comprend également un appendice stimulant qui esquisse une étude analogue du processus ayant mené à la rédaction du Majma ‘al-Baḥrayn et tend à démontrer que les savants indiens qui y ont collaboré avec Dārā Šikōḥ n’étaient pas, pour leur part, des non-dualistes stricts, mais des brahmanes traditionnels aux inclinations clairement vaiṣṇava (dévots du dieu Viṣṇu). Outre ses apports sur les sources du Sirr-i Akbar, l’article fournit donc des éléments de réflexion sur les processus de traduction entre sanskrit et persan à l’époque moghole et sur la diversité des groupes de savants hindous auxquels Dārā Šikōḥ a pu faire appel dans son entreprise de comparaison des religions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Dejenne. D’Onofrio, Svevo, « Svevo D’Onofrio. A Persian Commentary to the Upaniṣads: Dārā Šikōḥ’s ‘Sirr-i akbar’ », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 32-33 | 2013, document 269, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 30 avril 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/40620

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page