Navigation – Plan du site
228
Melville, Charles

Charles Melville. The Keshig in Iran : The Survival of the Royal Mongol Household

Compte-rendu réalisé par Denise Aigle
Référence(s) :

Charles Melville. « The Keshig in Iran : The Survival of the Royal Mongol Household », in : L. Komaroff, ed., Beyond the Legacy of Genghis Khan. Leyde, Brill, 2006, p. 135-164.

Texte intégral

1Cette garde (kešig) est l’un des héritages gengiskhanides qui fut le plus durable. Charles Melville commence par décrire comment s’est élaborée cette pratique sous Gengis Khan et au début de l’empire (p. 136-141). Il s’est s’appuyé sur la traduction de l’Histoire secrète des Mongols et les commentaires d’Igor de Rachewiltz. Marco Polo témoigne que sous les Yüan, le kešig fut soumis quelques modifications. Le Yüan-shih donne non seulement des détails sur la forme d’origine, mais il atteste que des changements importants furent mis en place par Qubilai en 1263. L’A. étudie ensuite le cas ilkhanide dans les détails (p. 145-161). Il constate que le terme n’apparaît pas souvent dans les sources persanes, la majorité des données proviennent de Rašīd al-Dīn. La persistance de cette « garde royale » a contribué à préserver le caractère mongol du régime.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Aigle. Melville, Charles, « Charles Melville. The Keshig in Iran : The Survival of the Royal Mongol Household », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 32-33 | 2013, document 228, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 28 avril 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/40607

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page