Navigation – Plan du site
222
Broadbridge, Anne F.

Anne F. Broadbridge. Kingship and Ideology in the Islamic and Mongol Worlds

Compte-rendu réalisé par Denise Aigle
Référence(s) :

Anne F. Broadbridge. Kingship and Ideology in the Islamic and Mongol Worlds. Cambridge, Cambridge University Press, 2008, 232 p., biblio., index.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, A.B. examine la nature des relations entre les Mamelouks et les « Mongols » d’Iran. Elle focalise son étude sur les débats idéologiques qui eurent lieu entre 1260, date de l’invasion de la Syrie par Hülegü, et 1404, invasion de Tamerlan. Le livre est divisé en six chapitres qui suivent la périodisation chronologique des relations entre ces deux puissances, à l’exception du premier qui consiste en une présentation générale des idéologies en présence.

2Les relations furent marquées par l’hostilité et un état de guerre latent qui débuta avec l’assassinat, à l’ordre de Quṭuz, des envoyés de Hülegü qui, en 1260, étaient venus demander sa soumission. Face aux Ilkhans, les Mamelouks se posaient en protecteurs de l’Islam. Les correspondances diplomatiques, les ambassades et les cadeaux échangés entre les khans de la Horde d’Or et les sultans du Caire en revanche témoignaient de « la solidarité dans l’Islam face aux infidèles d’Iran » [The establishment of idéologies (1260-1293), p. 27-63)]. Au moment des invasions Ġāzān Ḫān, le danger était perçu comme encore plus grand par le pouvoir mamelouk [The age of Ilkhanid conversion (1295-1316), p. 64-98]. La première campagne connut un certain succès ; des grands mamelouks de haut rang rejoignirent les armées mongoles. L’A. analyse la correspondance échangée entre l’Ilkhan et al-Malik al-Nāṣir Muḥammad. Ayant constaté que l’une des lettres émise par Ġāzān Ḫān avait un ton plus conciliant, l’auteur en conclut que ces correspondances sont des forgeries de la chancellerie mamelouke pour effacer l’humiliation de la défaite de Wādī al-Ḫaznadār. J’ai pu monter, en analysant avec précisions les différentes missives, qu’il s’agit de transmissions différentes de deux mêmes lettres (voir D. Aigle, « La légitimité islamique des invasions de la Syrie par Ghazan Khan », Eurasian Studies, vol. V, fas. 1-2, 2006, p. 5-29 ; « Les invasions de Ġāzān Ḫān en Syrie. Polémiques sur sa conversion à l’islam et la présence de chrétiens dans ses armées », in : D. Aigle (dir.), Le Bilād al-Šām face aux mondes extérieurs. La perception de l’Autre, Beyrouth, IFPO, 2012, p. 171-201). Dans le dernier chapitre [The Temürid invasions and the destruction of Mamluk sovereignty (1382-1404), p. 168-197], l’A. montre comment Tamerlan a manipulé l’histoire impériale des Mongols afin de se poser en successeur de Gengis Khan. Comme Ġāzān Ḫān, il justifia ses campagnes militaires au nom de l’Islam. En réaction, les Mamelouks le présentèrent comme un infidèle. Il faut ajouter que la rivalité entre les sultans d’Égypte et les Ilkhans pour affirmer leur autorité sur les lieux saints du Hedjaz furent réactivés sous les Timourides, en particulier à l’époque de Barsbay et de Šāh Ruḫ.

3Bien que l’auteur adopte un point de vue « pro-mamelouk », cet ouvrage, qui repose sur l’analyse d’un vaste corpus de sources, en particulier mameloukes, apporte des éclairages intéressants sur les échanges diplomatiques et l’évolution de l’idéologie du pouvoir entre ces ceux puissances rivales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Aigle. Broadbridge, Anne F., « Anne F. Broadbridge. Kingship and Ideology in the Islamic and Mongol Worlds », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 32-33 | 2013, document 222, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/40598

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page