Navigation – Plan du site
204
Tourovets, Alexandre

Alexandre Tourovets. Le motif de la danseuse dans l’orfèvrerie sassanide

Compte-rendu réalisé par Rémy Boucharlat
Référence(s) :

Alexandre Tourovets. « Le motif de la danseuse dans l’orfèvrerie sassanide », in : Ch. Cannuyer, A. Degrève et R. Gérard, éds., Vin, bière et ivresse dans les civilisations orientales, Entre plaisir et interdit, René Lebrun in honorem. Louvain-la-Neuve, S.B.É.O-B.G.O.S., 2009, p. 65-88, 16 fig. (Acta Orientalia Belgica XXII)

Texte intégral

1L’A. ne résout pas la question de l’identité de la danseuse fréquemment représentée sur des vases en métal, faute de données nouvelles depuis des décennies. Ses remarques sur l’absence complète de temples à Anahita sont intéressantes (malgré les hypothèses sur le monument semi souterrain de Bishapur). En revanche, écrire qu’on ne connaît aucun temple dit du feu sassanide en Iran est – heureusement – erroné depuis des années (voir entre autres n° 178 et 189), exemples de temples ordinaires, sans oublier Takht-i Solaiman connu depuis plus de 40 ans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Boucharlat. Tourovets, Alexandre, « Alexandre Tourovets. Le motif de la danseuse dans l’orfèvrerie sassanide », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 32-33 | 2013, document 204, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 29 juin 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/40584

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page