Navigation – Plan du site
391
Rizvi, Sajjad H.

Sajjad H. Rizvi. Mīr Dāmād and the debate on Ḥudūṯ-i dahrī in India

Compte-rendu réalisé par Mathieu Terrier
Référence(s) :

Sajjad H. Rizvi. « Mīr Dāmād and the debate on Ḥudūṯ-i dahrī in India », in : Denis Hermann and Fabrizio Speziale, eds., Muslim cultures in the Indo-Iranian World during the Early-Modern and Modern Periods. Berlin, IFRI/Klaus Schwarz Verlag, 2010, p. 449-473.

Texte intégral

1Le programme de la madrasa indienne aux XVIIIe et XIXe siècles intègre en bonne place les systèmes des philosophes iraniens Mīr Dāmād (m. 1041/1631) et de Mullā Ṣadrā (m. 1045/1635). L’article se concentre sur l’influence du premier, promoteur d’une « philosophie yéménite » qui conjugue les héritages de la raison grecque et de la prophétie arabe, dont le principal apport conceptuel est la « création perpétuelle » (en persan ḥudūṯ-i dahrī), fondée sur un commentaire critique d’Avicenne. Il s’agit de penser un niveau ontologique, celui du dahr, intermédiaire entre le temps naturel (zamān) et l’éternité pure de l’essence divine (sarmad), pour échapper aux apories du débat sur l’éternité du monde. Mullā Maḥmūd Jaunpūrī (m. 1652), chef de file des philosophes indiens au XVIIe s., qui pourrait avoir été un temps l’élève de Mīr Dāmād, diffuse la théorie de celui-ci dans son ouvrage intitulé Al-Šams al-bāliġa. Si Jaunpūrī se situe dans la tradition de la « philosophie yéménite », il n’en critique pas moins le concept de « création perpétuelle » et les positions rigoureusement aristotéliciennes du maître. Les débats entraînés en Inde par le concept de création perpétuelle sont d’autant plus signifiants que cette innovation philosophique a suscité peu d’intérêt en Iran, où la philosophie de Mīr Dāmād a été éclipsée par celle de son brillant élève Mullā Ṣadrā et son concept de mouvement intra-substantiel (en arabe ḥarakat jawhariyya). En conclusion, la renaissance philosophique connue à Delhi au XIXe s. doit beaucoup à la philosophie iranienne chiite de la première moitié du XVIIe et à son grand maître injustement oublié, Mīr Dāmād.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Terrier. Rizvi, Sajjad H., « Sajjad H. Rizvi. Mīr Dāmād and the debate on Ḥudūṯ-i dahrī in India », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 32-33 | 2013, document 391, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 16 août 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/40539

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page