Navigation – Plan du site
389
Newman, Andrew

Andrew Newman. « Towards a reconsideration of the “Isfahan School of philosophy”: Šayḫ Bahā’ al-Dīn and the role of the Safavid ‘Ulamā

Compte-rendu réalisé par Mathieu Terrier
Référence(s) :

Andrew Newman. « Towards a reconsideration of the “Isfahan School of philosophy”: Šayḫ Bahā’ al-Dīn and the role of the Safavid ‘Ulamā », in : Denis Hermann and Fabrizio Speziale, eds., Muslim cultures in the Indo-Iranian World during the Early-Modern and Modern Périods. Berlin, IFRI/Klaus Schwarz Verlag, 2010, p. 83-121.

Texte intégral

1Les chercheurs occidentaux ont eu tendance à présenter les philosophes iraniens de la première moitié du XVIIe s. comme essentiellement préoccupés de science et de mystique, nourrissant une aversion pour les affaires séculaires. Dans cet article qui a fait date en 1986 et se voit judicieusement réédité, A. Newman montre comment l’examen de la vie et de l’œuvre de Bahā’ al-Dīn al-‘Āmilī (m. 1030/1621), illustre représentant de « l’école philosophique d’Ispahan », nous invite à réviser cette image quelque peu angélique. Digne héritier de son père Ḥusayn b. ‘Abd al-Ṣamad (m. 984/1576) avec lequel il immigra du Liban, et avant lui du fameux ‘Alī al-Karakī (m. 940/1534), celui que l’on appelle Šayḫ Bahā’ī fut un fidèle serviteur de l’État safavide, proche du shah ‘Abbās I (r. 996-1038/1587-1629). Sur diverses questions de droit religieux, il défendit les prérogatives du mojtahed et, en général, les positions des Uṣūlī-s rationalistes contre les Abārī-s traditionnalistes. Ce sont ces polémiques, non le dégoût du pouvoir, qui l’auraient contraint à renoncer à sa charge de šayḫ al-islām d’Ispahan, sans perdre pour autant sa place dans le dispositif d’État. En somme, Bahā’ al-Dīn al-‘Āmilī est sans doute l’un des penseurs qui a le plus œuvré pour étendre le pouvoir des ulamā’ sur la communauté chiite durant la période d’occultation et justifier leur collaboration avec le pouvoir séculier. Avec une grande rigueur, l’article nous oblige donc à resituer la « renaissance philosophique » de l’Iran safavide dans le cadre d’une institutionnalisation, sinon d’une étatisation, de l’activité intellectuelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Terrier. Newman, Andrew, « Andrew Newman. « Towards a reconsideration of the “Isfahan School of philosophy”: Šayḫ Bahā’ al-Dīn and the role of the Safavid ‘Ulamā », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 32-33 | 2013, document 389, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/40535

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page