Navigation – Plan du site
385
Astarābādī-Fendereskī, Mīrzā Abūlqāsem et Jamšīdī, Ḥasan

Mīrzā Abūlqāsem Astarābādī-Fendereskī, Ḥasan Jamšīdī. Resāle-ye ṣenāiyye. Edition du texte, introduction et notes par Ḥasan Jamšīdī

Compte-rendu réalisé par Mathieu Terrier
Référence(s) :

Mīrzā Abūlqāsem Astarābādī-Fendereskī, Ḥasan Jamšīdī. Resāle-ye ṣenāiyye. Edition du texte, introduction et notes par Ḥasan Jamšīdī, Qom, Bustān-e ketāb, 1387/[2008], 244 p.

Texte intégral

1Présentée par Henry Corbin dans La philosophie iranienne islamique aux XVIIe et XVIIIe siècles (Paris, Buchet/Chastel, 1981, p. 33-36), cette épître en persan du philosophe Mīr Fendereskī (m. 1050/1640-41), dont le titre peut être traduit par le « Traité des arts et activités humaines », nous paraît ici dans une édition critique établie à partir de plusieurs manuscrits. On déplore d’autant plus que des défauts d’impression rendent l’introduction partiellement illisible. Ce texte témoigne à la fois du classicisme péripatéticien et de l’éclectisme d’un des grands penseurs de la Renaissance safavide. Mīr Fendereskī conçoit d’emblée la Cité comme une unité organique exigeant que chacun de ses membres exerce une activité différenciée. Deux divisions des activités humaines sont successivement envisagées. Suivant une perspective morale, il oppose deux activités dont l’objet est universel et la recherche à la fois théorique et pratique : la première, au but sain, rassemble les prophètes, les imams, les philosophes et les mojtahedī; la seconde, dont le but est corrompu, comprend les athées, les hérétiques, les sophistes et les soufis antinomistes. L’A. distingue et articule les fonctions du prophète et du philosophe, conférant à celui-ci la supériorité sur le théologien (motakallem). À l’encontre des licencieux incorrigibles, il va jusqu’à prôner l’élimination physique. La seconde hiérarchie est métaphysique, ordonnée au système de l’être. Elle part du métier du forgeron, qui est comme la matière première (hayulā) de tous les autres arts, pour aboutir à l’activité du prophète, du calife et du philosophe, qui parachève l’œuvre de la nature. Dans la division des degrés de l’être, le néant pur se voit homologuer de surprenante manière à l’Ahriman du zoroastrisme. Derrière un syncrétisme un peu confus, cette œuvre exprime un effort de renouvellement de la falsafe péripatéticienne, une conviction profonde de l’accord entre raison philosophique et sagesse prophétique, ainsi qu’une familiarité réelle avec les doctrines des Grecs et des Indiens, le tout dans une langue persane ouvragée, émaillée de citations poétiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Terrier. Astarābādī-Fendereskī, Mīrzā Abūlqāsem et Jamšīdī, Ḥasan, « Mīrzā Abūlqāsem Astarābādī-Fendereskī, Ḥasan Jamšīdī. Resāle-ye ṣenāiyye. Edition du texte, introduction et notes par Ḥasan Jamšīdī », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 32-33 | 2013, document 385, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/40528

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page