Navigation – Plan du site
168
Hartnell, Toby et Asadi, Ali

Toby Hartnell, Ali Asadi. An archaeological survey of water management in the hinterland of Persepolis

Compte-rendu réalisé par Sébastien Gondet
Référence(s) :

Toby Hartnell, Ali Asadi. « An archaeological survey of water management in the hinterland of Persepolis », in : P. Matthiae, F. Pinnock, L. Nigro, N. Marchetti, eds., Proceedings of the 6th International Congress of the Archaeology of the Ancient Near East, 5 May-10 May 2009 « Sapienza » - Università di Roma. Vol. 2, Wiesbaden, Harrassowitz, 2010, p. 219-232.

Texte intégral

1Ces deux articles résument les résultats de prospections dans la plaine de Persépolis visant à mieux comprendre l’évolution de l’exploitation de la région à partir de la période achéménide jusqu’au début de l’ère islamique. Ces travaux se situent dans la continuité des ceux de W. Sumner et de son équipe dans les années 1960-70. Deux secteurs ont été prospectés au nord de Persépolis et un autre au sud. Les sites achéménides sont très rares, sauf le long de la rivière Pulvar, où près de 50 sites présenteraient des indices d’occupation de cette période. Ce résultat est à mettre en relation avec les récentes découvertes effectuées le long du Pulvar, plus en amont dans la vallée du Tang-e Bulaghi (Abs. Ir. 29, c.r. n° 36 et 67 et ici n° 38). La vallée du Pulvar, qui reliait les deux sites royaux de Pasargades et Persépolis, aurait été occupée à l’achéménide par de petites installations rurales. Dans les deux autres secteurs, les sites sont en majorité sassanides et islamiques. Si au nord-ouest de la plaine, des indices d’occupation pré-achéménide ont été relevés, au sud l’exploitation du territoire se développe seulement entre l’époque sassanide et les débuts de l’ère islamique. D’après les AA., le modèle d’occupation de la plaine aurait évolué entre l’achéménide, où les sites sont sur les pentes des reliefs, vers une installation dans la plaine à l’époque sassanide, permise par l’existence de vastes réseaux d’irrigation et marquée par de nombreux sites hiérarchisés. Cette hypothèse de restitution ne tient pas compte des réseaux de canaux de l’époque achéménide, alimentés par le Kur, l’autre rivière qui arrose la plaine. Leur existence tend à prouver que la plaine, au moins dans sa partie nord, était exploitée à l’époque achéménide, mais il est possible que les preuves de cette exploitation aient en grande partie disparu du fait des graves transformations récentes du paysage.

2[Ce texte concerne également le n° 169]

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Gondet. Hartnell, Toby et Asadi, Ali, « Toby Hartnell, Ali Asadi. An archaeological survey of water management in the hinterland of Persepolis », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 32-33 | 2013, document 168, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/40510

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page