Navigation – Plan du site
139
Azarnoush, Massoud

Massoud Azarnoush. New Evidence on the Chronology of the “Anahita Temple”

Compte-rendu réalisé par Rémy Boucharlat
Référence(s) :

Massoud Azarnoush. « New Evidence on the Chronology of the “Anahita Temple” ». Iranica Antiqua, 45, 2009, p. 393-402.

Texte intégral

1La terrasse de Kangāvar, entre Hamadān et Kermānšāh, a longtemps été datée de la période séleucide ou parthe, en l’assimilant au « temple d’Anahita », mentionné par Isidore de Charax au Ie s. de notre ère, et par une interprétation des vestiges architecturaux, remplaçant l’entablement sur les bases de colonnes par des arcades. Déjà en 1981, l’A. avait proposé de l’attribuer à l’époque sassanide, se fondant sur le écrits des géographes médiévaux, une relecture de l’architecture et la datation d’une brique par thermoluminescence (entre le IIIe s ? et le milieu du VIe s.). Depuis, la découverte en fouilles de nouveaux éléments architecturaux ont renforcé cette hypothèse, révélant également que le monument est probablement resté inachevé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Boucharlat. Azarnoush, Massoud, « Massoud Azarnoush. New Evidence on the Chronology of the “Anahita Temple” », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 32-33 | 2013, document 139, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/40457

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page