Navigation – Plan du site
116
Schmitz, Philip C.

Philip C. Schmitz. The Owl on Phoenician Mortuary Practice

Compte-rendu réalisé par Astrid Nunn
Référence(s) :

Philip C. Schmitz. « The Owl on Phoenician Mortuary Practice ». JANER 9/1, 2009, p. 51-85.

Texte intégral

1Des os de hiboux, dont certains avaient été bouillis, on été retrouvés dans une tombe de l’âge du Fer dans la nécropole de Tyr. Cette trouvaille insolite incite l’A. à des considérations plus générales sur le symbolisme du hibou dans les rites funéraires antiques. Parmi les textes cités, certains sont achéménides (texte de Pyrgi, un autre sur une situle du Princeton Museum). Trois interprétations s’offrent à nous : le hibou symbolise soit une désolation personnelle et sociale d’un ou de plusieurs survivants, soit la vie de l’âme après la mort. Peut-être encore, ses os bouillis servaient de médecine au défunt, particulièrement s’il avait été aveugle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Astrid Nunn. Schmitz, Philip C., « Philip C. Schmitz. The Owl on Phoenician Mortuary Practice », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 32-33 | 2013, document 116, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/40414

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page