Navigation – Plan du site
362
Smet, Daniel De

Daniel De Smet. Adam, premier prophète et législateur ? La doctrine chiite des ulū al-‘azm et la controverse sur la pérennité de la šarī‘a

Compte-rendu réalisé par Mathieu Terrier
Référence(s) :

Daniel De Smet. « Adam, premier prophète et législateur ? La doctrine chiite des ulū al-‘azm et la controverse sur la pérennité de la šarī‘a », in : Mohammad-Ali Amir-Moezzi, Meir M. Bar-Asher, Simon Hopkins, éds., Le shī‘isme imāmite quarante ans après. Hommage à Etan Kohlberg. Turnhout, Brepols, 2009, p. 187-202.

Texte intégral

1Cet article très dense présente des aspects de l’antinomisme ismaélien à travers la question du statut accordé au premier prophète Adam. Si dans les listes des prophètes « doués de résolution » (ulū al-‘azm) dressées par les exégètes sunnites et chiites imāmites, Adam brille par son absence, dans l’ismaélisme primitif, en revanche, les Carmathes affirmaient l’existence d’une religion d’Adam, que le Qā’im (« Résurrecteur ») restaurerait en abrogeant la loi de Muḥammad. Cette religion adamique possédait-elle ou non une Loi (šarī‘a), et qu’adviendra-t-il alors de celle de Muḥammad à l’apparition du Qā’im ? Les questions de l’existence d’une šarī‘a adamique et de la pérennité de la Loi de Muḥammad sont ici étroitement liées, et l’appartenance d’Adam aux aṣḥāb al-šarā’i‘ fit l’objet d’une controverse entre prédicateurs ismaéliens au tournant du IVe/Xe et du Ve/XIe siècle. Tandis qu’Abū Ya‘qūb al-Sijistānī niait qu’Adam eût une šarī‘a et rejetait la Loi extérieure au nom du Tawḥīd, Ḥamīd al-Dīn
al-Kirmānī, représentant de l’orthodoxie fatimide, s’élevait contre cette tendance antinomiste, attribuait à Adam une Loi et niait que le Qā’im abrogerait celle de Muḥammad avant la fin des temps. La tendance antinomiste du premier ismaélisme réapparaît sous le règne du calife fatimide al-Ḥākim (996-1021), dans des écrits à l’origine de la religion druze. Les doctrines druzes rejoignent la tradition carmathe en excluant Adam des aṣḥāb al-šarā’i‘ et en affirmant l’abrogation de la šarī‘a par le Qā’im, mais s’en distinguent par leur rejet simultané de l’exotérique (ẓāhir) et de l’ésotérique (bāṭin) de la Loi. Un antinomisme radical qui fait apparaître par contraste l’orthodoxie fatimide et l’imāmisme comme des formes d’un chiisme « modéré ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Terrier. Smet, Daniel De, « Daniel De Smet. Adam, premier prophète et législateur ? La doctrine chiite des ulū al-‘azm et la controverse sur la pérennité de la šarī‘a », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 32-33 | 2013, document 362, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 30 avril 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/40289

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page