Navigation – Plan du site
472
Merchant, Tanya

Tanya Merchant. Popping Tradition: Performing Maqom and Uzbek ‘National’ Estrada in the 21st Century

Compte-rendu réalisé par Ariane Zevaco
Référence(s) :

Tanya Merchant. « Popping Tradition: Performing Maqom and Uzbek ‘National’ Estrada in the 21st Century ». Popular Music and Society, vol. 32, n° 3, 2009, p. 371-386.

Texte intégral

1Tanya Merchant étudie ici, à travers l’analyse d’un concert de pop music donnée par la chanteuse Gulzoda Hudoinazarova à Tachkent en mai 2005, les enjeux des positionnements des musiciens comme traditionnels, modernes, régionaux et nationaux, et la façon dont ces « différentes facettes identitaires » (p. 372) sont musicalement construites, audibles, et perçues par le public.

2La forme de l’article alterne entre récit de terrain (narration du concert) et analyse. Mettant en relief tel ou tel aspect plus spécifiquement musical, social, ou politique de l’événement, l’A. aborde ainsi les principales questions liées à la façon dont, selon elle, la « transition politique est représentée musicalement » (p. 371). Néanmoins, Merchant ne borne pas son analyse à une opposition entre époques soviétique et post-soviétique, et présente finement les marqueurs institutionnels, économiques, politiques, sociaux et musicaux des mondes de l’estrada (musique pop) et de la musique traditionnelle (ici représentée par le Shashmaqom, répertoire savant). Si la création du « national » dans la musique pop passe par l’empreinte traditionnelle (usage d’instruments traditionnels, timbre de voix et ornementations vocales, costumes), l’électrification des instruments, l’emploi de rythmes et de mélodies occidentales ou étrangères (empruntées aux musiques pop arabes ou hindi, par exemple) témoigne d’une volonté d’inscription dans la ‘modernité’ souvent comprise non par opposition à la tradition, mais comme une nécessaire globalisation ou internationalisation des schèmes musicaux, et de la diffusion de la musique. Ainsi la négociation individuelle par les artistes d’une « estrada identifiée comme nationale » (p. 377) passe par des positionnements et des choix culturels variés. La tradition n’est pas perçue par le public comme contradictoire avec la modernité que symbolise un concert d’estrada, et de même la posture des musiciens révèle un jeu entre les deux. Merchant présente ainsi finement la diversité des référents sociaux dans la production des musiques en Asie centrale contemporaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ariane Zevaco. Merchant, Tanya, « Tanya Merchant. Popping Tradition: Performing Maqom and Uzbek ‘National’ Estrada in the 21st Century », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 32-33 | 2013, document 472, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/40164

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page