Navigation – Plan du site
471
Key, Hormuz

Hormuz Key. Le cinéma iranien: Récit d’une continuité

Compte-rendu réalisé par Yoko Suzuki
Référence(s) :

Hormuz Key. « Le cinéma iranien: Récit d’une continuité ». Cinéma et monde musulman : Cultures et interdits, l’Harmattan, 2009, p. 57-90.

Texte intégral

1C’est un article paru d’abord dans l’ouvrage collectif publié par EurOrient en 2001 et réédité par l’éditeur ci-dessus. En somme, il est le résumé de la thèse de doctorat de l’A., intitulée Le cinéma iranien : l’image d’une société en bouillonnement, publiée par Karthala en 1999. Pour cette raison, le mouvement du cinéma après les années 2000, malgré ses progrès éblouissants dans le sens de la qualité et de la diversité, n’est pas concerné par l’article.

2Notant la progression cinématographique iranienne dans les années 1990 grâce à une augmentation du budget gouvernemental, l’A. révèle une continuité des tendances des films iraniens entre deux époques, prérévolutionnaire et postrévolutionnaire : des cinéastes, ayant appris par l’expérience avant la révolution islamique se sont dirigés vers la voie humaniste passés par la critique politique contre le régime : Bahman Beyḍā’ī et Parvīz Kīmiyāvī, entre autres, se sont servis du cinéma pour contester la politique du Chah, puis Mas‘ūd Kīmiyāyī et Dāriyūš Mehrjūyī ont été critiques envers ce régime, et ont développé une perspective sociale, dès la fin des années 1960 ; au début des années 1970, Sohrāb Šahīd Ṯāleṯ a intériorisé cette vision pour montrer la société à travers des images de ceux qui la constituent, à savoir des êtres humains dans la vie quotidienne. ‘Abbās Kiyārostamī qui est sur la même voie que Ṯāleṯ, selon l’A., se focalise sur la vie des personnes ordinaires et sur leurs forces tranquilles.

3Avec sa belle écriture, cet article nous présente un bon résumé de l’histoire du cinéma iranien. Pourtant, grâce à son regard de sociologue, l’A. pourrait nous présenter non seulement des films « artistiques » mais aussi des films comiques ou humoristiques, très populaires et traditionnels en Iran, ainsi que les tendances des spectateurs au cours de ces deux époques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yoko Suzuki. Key, Hormuz, « Hormuz Key. Le cinéma iranien: Récit d’une continuité », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 32-33 | 2013, document 471, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/40161

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page