Navigation – Plan du site
17
Skjærvø, Prods Oktor

Prods Oktor Skjærvø. On Videvdad Chapter 5.1-13 and its Pahlavi Commentaries

Compte-rendu réalisé par Mihaela Timus
Référence(s) :

« On Videvdad Chapter 5.1-13 and its Pahlavi Commentaries », in : Éric Pirart, Xavier Tremblay, éds., Zarathushtra entre l’Inde et l’Iran. Études iraniennes et indo-européennes offertes à Jean Kellens à l’occasion de son 65e anniversaire. Wiesbaden, Ludwig Reichert Verlag, 2009, p. 289-304.

Texte intégral

1L’article porte précisément sur la manière dont l’avestique ərəδuuō.åŋhanəm a été traduit en pehlevi, dans la partie introductive du Videvdad 5 (Vd.). Surtout les paragraphes 10 à 13 portent sur la mesure des huttes (av. kata-), i.e. sur les conditions de construction de ce type de demeure funéraire, employée par les Zoroastriens au temps de l’hiver. Il s’avère qu’elle doit être suffisamment longue et large pour abriter les pieds et les bras du cadavre, suffisamment haute pour que le sommet du crâne ne se heurte pas contre sa surface intérieure.

2Pour ce qui est du premier terme ərəδuuō, l’A. dresse le répertoire des traductions occidentales antérieures : « high above » (Cantera), « up above » (Hintze), « à la verticale » (Kellens). Les traducteurs en moyen-perse, quant à eux, ont fait l’équivalence avec stēndag, i.e. « standing », « être debout ». Question problématique : l’ambiguïté de l’orthographe du terme pehlevi que l’on peut lire soit stēnīg (pourtant non attesté) soit stēndag.

3Quant au deuxième terme avestique åŋhanəm, le problème principal remonte à la double racine āh-, à comprendre comme 1. bouche ; ou 2. (être) assis. Pour ce qui est du premier sens, c’est A. W. Jackson (1889) qui en avait fait le choix, en lisant la prescription funéraire du Vd. 5 comme « [la hutte] construite en sorte que la tête, avec le visage (litt. la bouche) retourné, ne se heurte pas ». L’A. donne quelques exemples de divergence sémantique pour la même forme åŋhānō (G) : « bouche » (Vd. 3.29), ou bien « assis » (Pursišnīhā 10). Ce deuxième terme du composé avestique a été rendu par le m.p. zīndag (…) āhan, où āhan est censé traduire l’av. åŋhanəm, alors que zīndag figure comme glose. L’A. rejette la correction de Jamasp, qui a lu zīndag ā-šān, en corrigeant inutilement le manuscrit IM.

4Étant donné que le sens auquel conduit la formule choisie par les traducteurs en pehlevi (« être debout vivant ») n’est guère concordant avec le contexte funéraire envisagé, l’A. conclut que l’intelligence correcte de l’av. ərəδuuō.åŋhanəm doit être « sitting upright », « assis (tout) droit ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mihaela Timus. Skjærvø, Prods Oktor, « Prods Oktor Skjærvø. On Videvdad Chapter 5.1-13 and its Pahlavi Commentaries », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 32-33 | 2013, document 17, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/40125

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page