Navigation – Plan du site
312
Eslāmī, Māziyār et Farhādpūr, Morād

Pārīs – Tehrān, Sīnemā-ye ‘Abbās-e Kīārostamī. Tehrān, Farhang-e Ṣabā, 1387/[2008], 190 p.

Compte-rendu réalisé par Poupak Rafii Nejad

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Connu comme critique du cinéma en Iran, Māziyār Eslāmī est auteur et traducteur de nombreux ouvrages et articles sur le cinéma. Morād Farhādpūr est lui, enseignant, auteur et traducteur d’articles et d’ouvrages de philosophie notamment de Badiou, Lévinas et Žižek. Sous forme de dialogue, les deux auteurs présentent une riche analyse critique du cinéma de Kīārostamī, qui a reçu plus d’éloges à l’extérieur que dans son propre pays. Dans les trames de leur discussion, se tisse un état des lieux du cinéma mondial et de la situation particulière du cinéma en Iran.

2Ils proposent un autre regard sur le cinéaste que celui des festivals de film. Leur critique porte autant sur la forme que sur le contenu et le message de ses films dans le contexte sociopolitique de l’Iran des années 80-90.

3En quelques mots, le cinéma de Kīārostamī est, selon les auteurs, un cinéma non iranien (sans localisation), formaliste, vide de sens et techniquement lacunaire. À titre d’exemple, l’absence de la femme dans sa dimension subjective féminine et son remplacement par l’enfant semble une solution de facilité ou un choix délibéré pour éviter toute confrontation avec les autorités pendant ces années difficiles pour les acteurs et les réalisateurs en Iran. Le paysage, la nature ou les longues séquences de voiture sont autant d’éléments représentatifs du cinéma de Kīārostamī qui, en absence d’idées réelles, instaure la forme comme idéologie.

4Bien qu’une grande partie de leur critique soit intéressante, justifiée et très convaincante, les auteurs se renferment dans une critique négative et absolue de presque toute la production cinématographique iranienne et mondiale. A l’arrière plan de leur discours se dévoile l’influence philosophique d’A. Badiou et surtout son point de vue sur le cinéma comme art impur, mais majeur sur le plan social et politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Poupak Rafii Nejad. Eslāmī, Māziyār et Farhādpūr, Morād, « Pārīs – Tehrān, Sīnemā-ye ‘Abbās-e Kīārostamī. Tehrān, Farhang-e Ṣabā, 1387/[2008], 190 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 31 | 2008, document 312, mis en ligne le 11 octobre 2012, consulté le 23 juillet 2016. URL : http://abstractairanica.revues.org/39848

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page