Navigation – Plan du site
220
Drechsler, Andreas

Die Geschichte der Stadt Qom im Mittelalter (650-1350): politische und wirtschaftliche Aspekte. Berlin, Klaus Schwarz, 1999 (Islamkundliche Untersuchungen, 224), 378 p., bibliographie, index, résumé en anglais, 2 cartes.

Compte-rendu réalisé par Yann Richard

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Une belle thèse orientaliste dans la haute tradition allemande, où l’on trouvera tout, systématiquement présenté, sur le sujet. La typographie très fine (avec signes diacritiques et caractères persans !) nous donne une moyenne de 50 lignes par page mais hélas, selon les habitudes allemandes, ignore les vertus de l’italique. Dans une introduction générale sur la géographie et le cadre historique de la ville jusqu’à nos jours, l’auteur pose les limites de son travail et décrit ses sources : géographes arabes médiévaux, les Ḥodūd al-‘ālam, Bīrūnī, les grands dictionnaires comme le Mo‘jam al-boldān de Yāqūt (dont s’est servi Qazvīnī dans son Āṯār al-belād), et, pour l’époque ilkhânide, le Nozhat al-qolūb de Ḥamdallāh Mostowfī ; plusieurs histoires et chroniques donnent des informations sur Qom, son occupation par les armées arabes au moment de la conquête : Aḫbār al-dowlat al-‘abbāsiya, et surtout le K. al-fotūḥ d’Ibn A‘ṯam al-Kūfī. Peu de choses dans le Tārīḫ de Ḥamza Eṣfahānī mais beaucoup évidemment dans le Tārīḫ-e Qom de Ḥasan b. Md. b. Ḥasan al-Qomī que Drechsler décrit en détail. Il évoque en outre les différentes histoires générales, comme Tārīḫ-e Beyhaqī, qui donnent des informations ponctuelles sur l’histoire de Qom à différentes époques. La dernière source historique utilisée ici, d’époque safavide, est le Ḫolāṣat al-boldān de Ṣafī al-Dīn al-Qomī. La littérature religieuse chi‘ite est assez bien connue : Ebn Bābūya (sur Fāṭima la sœur du VIIIe Imam), Šeyḫ Ṭūsī, son contemporain Aḥmad b. ‘Alī al-Najāšī, ou un siècle plus tard Abū Esmā‘īl Ebrāhīm b. Nāṣer b. Ṭabāṭabā (Montaqelat al-ṭālebiya) etc. Le polémique K. al-Naqḍ de ‘Abd al-Jalīl Qazvīnī Rāzī contient beaucoup d’informations sur la ville à l’époque saljuqide. On trouve également des biographies sunnites de personnages ayant vécu à Qom, dans certains recueils de ṭabaqāt. Différents ouvrages biographiques comme le Fehrest d’Ebn al-Nadīm ou des dictionnaires biographiques comme le Vafayāt al-a‘yān d’Ebn Ḫallekān contiennent des renseignements sur Qom. Mais on trouve aussi des mentions intéressantes dans le Siyāsat-nāma de Neẓām al-Molk ou le K. al-aġānī d’Abū’l-Faraj al-Eṣfahānī : comme on peut le constater, l’auteur n’a rien négligé pour rassembler toutes les informations possibles sur son sujet. Il passe ensuite à la description de Qom à différentes époques : pour la période préislamique Drechsler a recours aux archéologues et il tire également des sources islamiques une liste des figures mythiques (bibliques entre autres) auxquelles un rôle est attribué dans la fondation des villages de Qom. Un long chapitre concerne la période de la conquête et la colonisation de Qom par des Arabes ash‘arites jusqu’à l’arrivée des Mongols. La mort de Fāṭima Ma‘ṣūma en 201/816-17 contribua sans doute à marquer le destin de la cité qui bascula dans la confession chi’ite soit dans le premier tiers du 9e s. (H. Modarresī Ṭabāṭabā’ī, historien iranien contemporain qui a beaucoup contribué à l’étude des sources de cette ville) soit seulement vers 280/893 comme le suggèrent les recueils de rejāl. Un troisième chapitre, le plus copieux, traite de l’époque ilkhânide : les aspects économiques, fiscaux, sont étudiés en détail, avec tout ce qui concerne l’administration de la ville et son activité, notamment agriculture, irrigation, mines, etc. On peut vraiment trouver ici un modèle d’étude de géographie historique locale, de sorte que cette ville qui allait devenir si importante plus tard (à partir des Safavides) apparaît désormais dans toute son importance ancienne avec une diversité ethnique et religieuse (le chi‘isme ne devenant majoritaire que tardivement). Un travail érudit et de grand intérêt, où l’on aurait aimé parfois quelques envolées de réflexions historiques

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Richard. Drechsler, Andreas, « Die Geschichte der Stadt Qom im Mittelalter (650-1350): politische und wirtschaftliche Aspekte. Berlin, Klaus Schwarz, 1999 (Islamkundliche Untersuchungen, 224), 378 p., bibliographie, index, résumé en anglais, 2 cartes. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 22 | 2001, document 220, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/36535

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page