Navigation – Plan du site
65
Steve, Marie-Joseph

L’île de Khārg, une page de l’histoire du Golfe Persique et du monachisme oriental. Avec la collaboration de Claire Hardy-Guilbert, Christelle et Florence Jullien et Erik Smekens, et des contributions de Farrokh Gaffary, Ernie Haerinck, Émile Puech et Axelle Rougeulle. Édité par Hermann Gasche, Recherche et Publications, Neuchâtel, 2003, 236 p. avec 19 fig. et 20 Pl., 70 Pl. et 13 plans h.t. (CPOA 1 = Civilisations du Proche-Orient, série 1, Archéologie et environnement 1).

Compte-rendu réalisé par Rémy Boucharlat

Texte intégral

1Cette publication de fouille, très attendue, était un des devoirs que s’était fixé le Père Steve, décédé en 2001 : mission accomplie, grâce à son obstination et à l’aide de ses collaborateurs, et au premier chef H. Gasche. Les fouilles de R. Ghirshman en 1959 et 1960, qui représentent à peine deux mois de terrain, ont surtout révélé un monastère chrétien bien conservé, d’époque préislamique, un document alors très rare dans cette région. Depuis, plusieurs églises ont été découvertes et souvent fouillées dans le sud de l’Iraq, à Koweït, en Arabie Saoudite et dans les Émirats Arabes Unis, fournissant d’utiles matériaux de comparaison pour Kharg.

2À part le monastère, l’île recèle d’autres monuments, certes moins importants, mais qui témoignent d’une occupation bien antérieure, ou la laissent supposer. En effet, c’est par comparaison avec les tombes de l’âge du Bronze au Luristan qu’une série de tombes dites mégalithiques est attribuée à cette période; elles ne renfermaient aucun matériel de cette époque, car elles furent réutilisées pour y déposer des ossements vers le 8e-9e s., ceux de chrétiens supposent les auteurs. Au tournant de l’ère chrétienne, est construit un modeste temple et sont creusées les deux grandes tombes longtemps appelées palmyréniennes (soit 3e s. de notre ère) au vu de ressemblances apparentes avec les hypogées de Palmyre.
M.-J. Steve montre qu’en réalité le prototype est alexandrin, bien antérieur, et que des graffiti sont semblables à ceux du “Tombeau de Jason” à Jérusalem, daté de 30/31 de notre ère. D’autres tombes rupestres, plus modestes, sont, pour certaines, datables jusqu’aux 8e-9e s.

3L’A. date maintenant la fondation du monastère, souvent appelé à tort nestorien, au début du 7e s. de l’ère chrétienne et sa période d’activité jusqu’à la fin du 9e s. ; toutefois les comparaisons des décors sculptés sont rapprochées de documents du 6e s. Non seulement l’église à nefs latérales est complète, mais les bibliothèques et leurs niches de rangement, le réfectoire, la salle des catéchèses, soixante-dix cellules toutes semblables, d’autres annexes encore et des installations extérieures forment un ensemble remarquable.

4Le chapitre V, œuvre de C. et F. Jullien, est une très utile synthèse sur le monachisme chrétien dans le golfe Persique, un mouvement peu connu qui fut florissant dans les premiers siècles de l’Islam. Le dernier chapitre, dû à F. Gaffary, brosse l’histoire de l’île à partir du 10e s. Quelques écrits des géographes médiévaux mentionnent des productions agricoles de Khārg, mais c’est surtout l’occupation hollandaise du 18e s. qui sort l’île de l’anonymat ; elle deviendra au 20e le grand terminal d’exportation du pétrole iranien. C’est le lancement de ce projet qui devait susciter les fouilles de R. Ghirshman. À partir de ces travaux de terrain, l’A. et ses collaborateurs ont brillamment écrit la page d’histoire qu’indique le titre de l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Boucharlat. Steve, Marie-Joseph, « L’île de Khārg, une page de l’histoire du Golfe Persique et du monachisme oriental. Avec la collaboration de Claire Hardy-Guilbert, Christelle et Florence Jullien et Erik Smekens, et des contributions de Farrokh Gaffary, Ernie Haerinck, Émile Puech et Axelle Rougeulle. Édité par Hermann Gasche, Recherche et Publications, Neuchâtel, 2003, 236 p. avec 19 fig. et 20 Pl., 70 Pl. et 13 plans h.t. (CPOA 1 = Civilisations du Proche-Orient, série 1, Archéologie et environnement 1). », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 26 | 2005, document 65, mis en ligne le 08 décembre 2005, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/3026

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page