Navigation – Plan du site
312
Ebn ⁽Ebādī Kāzerūnī, Jalāl al-Dīn Moḥammad

« Ḏeyl-e ketāb-e Toḥfat al-moršedīn men ḥekāyāt al-ṣāleḥīn dar ḏekr-e šeyḫ Abī Esḥāq Ebrāhīm ebn Šahriyār Kāzerūnī ». Be taṣḥīḥ va moqaddame-ye ⁽Āref Nowšāhī va Mo⁽īn Neẓāmī. Ma⁽āref, XX, 1 (1382/2003), pp. 97-139.

Compte-rendu réalisé par Charles-Henri de Fouchécour

Texte intégral

1Le texte publié ici est très représentatif des propos du fondateur de la grande ṭarīqa de la muršidiyya, retenus par la tradition. L’introduction des deux auteurs à ce texte qu’ils éditent est une bonne récapitulation des textes connus concernant ce fondateur, maître Abū Esḥāq Ebrāhīm de Kāzerūn (352/963-426/1034). Aux pp. 105-111, on lira l’introduction arabe de la Toḥfat, par laquelle son auteur situe bien et sobrement son travail et ses sources. Le texte persan du Ḏeyl, ajout au texte traduit, est aux pp. 111-135 de l’article. Pp. 111-124, ce sont dix-neufs récits concernant le Sheikh, ses visiteurs, ses réflexions, ses réponses. Les pp. 124-135 sont comme un condensé de son enseignement (vaṣiyat) : conseils pour s’instruire, pratiquer la piété, tout spécialement se dévouer aux pauvres, servir les frères et les visiteurs ; viennent enfin prières et exemples édifiants donnés par le maître. On sait le rayonnement considérable qu’eut la muršidiyya, depuis Kāzerūn et sur tout le continent,  de la Turquie à l’Inde, comme l’a rappelé Hamid Algar dans son article de l’EI 2 (vol. IV, 1978, pp. 884-85). Sur les sources qui nous restent de l’enseignement du maître fondateur de la muršidiyya, l’introduction des auteurs à leur article livre un panorama très utile. Pour en rester au Ḏeyl, disons que les auteurs notent que, si, au 5e/11e s., les pélerins en visite au mausolée (boq⁽a) de Kāzerūn comprenaient les récits édifiants qui l’on faisait en arabe, il n’en était plus de même à partir du 8e/14e s. Le travail de traduction à destination de l’auditoire commença alors, un vrai travail recourant aux sources arabes encore disponibles à cette époque. C’est ainsi que deux auteurs à peu près contemporains, Jalāl al-Dīn Kāzerūnī et Maḥmūd b. ⁽Oṯmān usèrent de sources communes pour traduire, mais aussi pour compléter leur traduction du Rawḍ al-rayāḥīn de Yafi⁽ī (ob. 768/1366). C’est ainsi encore que parurent la Toḥfat al-moršedīn de Jalāl al-Dīn et le Ferdows al-moršediyye fī asrār al-ṣamadiyye (publié en 1948 par Fritz Meier). Sensiblement contemporains furent aussi les Anvār al-moršediyye (édité par Īraj Afšār en 1357/1978). Ils s’appuyaient sur le texte arabe de Yafi⁽ī, déjà nommé, mais utilisaient aussi d’autres sources, en particulier deux livres en arabe dont Jalāl al-Dīn Kāzerūnī dit s’être servi, perdus depuis. Il s’agit de la Taḏkirat al-mašāyiḫ de Abū Šujā’ al-Muqārīḍī al-Šīrāzī (ob. 509/1115) et de la Sīrat al-muršidiyya de Abū Bakr Muḥammad (...) b. Sa⁽d. Ce dernier fut le troisième successeur du fondateur de la muršidiyya, entre 458/1065 et 502/1108. Le premier, Muqārīḍī, connut personnellement Abū Esḥāq Ebrāhīm Kāzerūnī. L’intérêt de la ‘suite’, le Ḏeyl, traduit par Jalāl al-Dīn en complément à sa traduction du livre arabe de Yafi⁽ī (le Rawḍ al-rayāḥīn), la Toḥfat, est d’avoir sauvegardé un texte certainement très ancien et pris à une source sûre. Il reste à souhaiter que les deux auteurs de l’article complètent leurs références dans la grande tradition érudite montrée par Brockelmann, auquel ils se réfèrent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Henri de Fouchécour. Ebn ⁽Ebādī Kāzerūnī, Jalāl al-Dīn Moḥammad, « « Ḏeyl-e ketāb-e Toḥfat al-moršedīn men ḥekāyāt al-ṣāleḥīn dar ḏekr-e šeyḫ Abī Esḥāq Ebrāhīm ebn Šahriyār Kāzerūnī ». Be taṣḥīḥ va moqaddame-ye ⁽Āref Nowšāhī va Mo⁽īn Neẓāmī. Ma⁽āref, XX, 1 (1382/2003), pp. 97-139. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 26 | 2005, document 312, mis en ligne le 07 décembre 2005, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/2384

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page