Navigation – Plan du site
47
Huyse, Philip

La Perse antique. Paris, Les Belles lettres, 2005, 298 p. (Guide Belles Lettres des Civilisations, 20).

Compte-rendu réalisé par Domenico Agostini

Entrées d’index

Rubriques :

3.0. Généralités
Haut de page

Texte intégral

1Il n’est jamais facile de réussir un ouvrage de vulgarisation sur un thème dont on est spécialiste du fait de la complexité même des références, de leur densité, et de la difficulté à les trier. En effet un livre pour grand public requiert des choix, avec le risque que ceux-ci ne soient pas toujours faits à bon escient et soient parfois même regrettables. Huyse a toutefois rempli totalement sa mission de donner vie à un guide sur la Perse antique : il donne aux étudiants les outils de base qui leur permettront d’acquérir d’autres connaissances, il séduit les amoureux des civilisations antiques ainsi que les voyageurs en attisant leur curiosité et il attire l’intérêt des iranologues sur des points particuliers.

2L’ouvrage met en opposition diverses thématiques d’ordre historico-religieux, artistique, littéraire et social qui se déroulent tout au long des trois grands empires iraniens de l’Antiquité, celui des Achéménides (558-330 av. J.-C.), des Arsacides (247 av. J.-C.-224 ap. J.-C.) et enfin celui des Sassanides (224-651 ap. J.-C.).

3Après une brève introduction qui permet de situer le sujet (pp. 9-13), le premier chapitre (pp. 29-56) offre une ébauche de la période historique, des Achéménides aux Sassanides, et se termine avec une chronologie générale qui remonte jusqu’à la Préhistoire de l’Iran. Les second (pp. 57-74), troisième (pp. 75-94) et quatrième chapitres décrivent respectivement la composition urbaine et les infrastructures des trois empires (les villes principales Persépolis, Suse, Nisā, Fīrūzābād, etc., les voies de circulation, et les schémas d’irrigation), l’organisation politique et sociale (l’image du roi, la composition des couches sociales, la justice, les impôts, l’armée) et la vie économique (le rôle primordial de l’agriculture, le développement de l’artisanat et du commerce, les poids et mesures, les divers systèmes monétaires). Le cinquième chapitre (pp. 113-129) est consacré à la conception du temps et de l’espace (les sept kišvars « continents », la division de l’empire sassanide suivant les quatre points cardinaux, le système de mesure du temps, les calendriers, les jours de fête, les rites ainsi que les étapes de la vie).

4Le sixième (pp. 131-158) et le septième (pp. 159-191) chapitres traitent respectivement des diverses religions pratiquées en Iran (en particulier le mazdéisme achéménide, arsacide et sassanide, le zurvanisme, le manichéisme mais aussi le mazdakisme, le christianisme et d’autres encore), de la littérature et des différentes sciences (les langues et écritures, l’Avesta, la tradition nationale du xwadāy-nāmag, les inscriptions en vieux-perse, parthe et moyen-perse, la littérature parthe, moyen-perse zoroastrienne et moyen-perse manichéenne, les textes lexicographiques, scientifiques et astrologiques). En ce qui concerne les trois derniers chapitres, le huitième, riche en illustrations (pp. 193-213), est consacré aux arts (architecture, sculpture, arts décoratifs, musique et danse), le neuvième (pp. 215-224) aux loisirs (le jeu d’échec, le polo, le backgammon, l’équitation, la chasse, les « paradis », les banquets et la cuisine), et enfin le dixième (pp. 225-246) à la vie privée (l’onomastique, l’habitat, l’éducation ; les femmes, la sexualité, l’habillement; à la page 241 la représentation des différents korymboi « couronnes » des souverains sassanides est particulièrement intéressante).

5Le livre s’achève sur des repères biographiques, une orientation bibliographique qui permet un approfondissement ultérieur des sujets évoqués et différents indices.

6D’une lecture agréable, ce livre a le mérite de transmettre d’une manière « non euro-centrique » la naissance, le développement et la fin de ces grands empires iraniens trop longtemps considérés, à tort, comme porteurs de barbarie et de décadence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Domenico Agostini. Huyse, Philip, « La Perse antique. Paris, Les Belles lettres, 2005, 298 p. (Guide Belles Lettres des Civilisations, 20). », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 47, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://abstractairanica.revues.org/14392

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page